JO 2021 : qui est Clarisse Agbegnenou, la judokate désignée porte-drapeau de l'équipe de France aux Jeux olympiques de Tokyo ?

La judokate, championne du monde en titre, a été désignée pour porter le drapeau tricolore lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo le 23 juillet.

Article rédigé par
Pauline Guillou - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Clarisse Agbegnenou, après sa victoire contre Andreja Leski, en finale des championnats du monde de judon le 9 juin 2021 à Budapest. (YANNICK VERHOEVEN / ORANGE PICTURES / AFP)

Cinq ans après Teddy Riner à Rio, une autre tête d'affiche du judo français portera le drapeau tricolore lors d'une cérémonie d'ouverture olympique. Clarisse Agbegnenou, quintuple championne du monde chez les moins de 63kg, partagera cet honneur avec le gymnaste Samir Aït Saïd, le 23 juillet à Tokyo. La judokate tricolore (28 ans) vise un premier titre olympique, le seul qui manque à son palmarès.

Un palmarès en or

Agbegnenou est la judokate française la plus titrée de l'histoire. Avec cinq titres mondiaux à son palmarès (2014, 2017, 2018, 2019 et 2021), Clarisse Agbegnenou approche du record féminin en la matière, fixé à sept. Chez les Français, elle dépasse David Douillet et ses quatre titres, mais reste derrière Teddy Riner, dix fois champion du monde. 

Même score au niveau européen. Sacrée championne d'Europe à cinq reprises en 2013, 2014, 2018, 2019 et 2020, Clarisse Agbegnenou avait été expéditive lors de sa finale à Prague en 2020. 23 secondes exactement pour venir à bout de l'Autrichienne Magdalena Krssakova, et clore un championnat qu'elle avait survolé du début à la fin.

Les combats de Clarisse Agbegnenou

Tokyo, entre impatience et anxiété

Cap sur Tokyo donc. Clarisse Agbegnenou ne cache pas son impatience de partir pour les Jeux. À travers son nouveau rôle de porte-drapeau, qu'elle endossera lors de la cérémonie d'ouverture, la Française espère trouver, l'énergie qui la portera "vers cette dernière médaille olympique qui manque à mon palmarès", déclarait-elle mi-avril. Cette obsession olympique la tient en haleine depuis cinq ans maintenant.

En 2016, pour sa première participation aux Jeux, à Rio, elle avait décroché la médaille d'argent, après une défaite en finale face à la Slovène Tina Trstenjak. "Ce n'est pas la bonne médaille pour moi, mais c'est ma première", avait-elle déclaré, déçue de sa seconde place.

Rêvant de l'or à Tokyo, la championne du monde s'inquiète néanmoins des conditions dans lesquelles se dérouleront les Jeux cet été. Après avoir difficilement vécu le report du tournoi de ses rêves, les mesures sanitaires en vigueur au Japon ne l'enchantent guère. "Déjà que les Jeux c'est stressant, mais là, ils deviennent anxiogènes", avait-elle jugé en mai.

Athlète et gendarme

Gendarme depuis 2014, Clarisse Agbegnenou a été promue adjudante en avril 2021. Membre de l'Armée des champions aux côtés d'une centaine de sportifs de plusieurs disciplines (judo, aviron, natation, voile...), la judokate avait ajouté un nouveau titre à son palmarès en 2018, en remportant les championnats du monde militaire, dans sa catégorie (-63kg).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Clarisse Agbegnenou

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.