Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Complément d'enquête. Ladji Doucouré : les podiums et la ruine

Helsinki, 2005 : deux médailles d'or françaises en deux jours, du jamais vu. Le rêve pour un gamin des cités comme Ladji Doucouré. La gloire, les plateaux télé, les contrats publicitaires mirobolants... Mais le conte de fées tourne à la descente aux enfers. Extrait de "Complément d'enquête" rediffusé le 4 août 2016, la veille de l'ouverture des JO de Rio.

France2

Championnats du monde d'athlétisme à Helsinki, en 2005 : deux médailles d'or françaises en deux jours, du jamais vu. Le rêve absolu, surtout pour un gamin des cités comme Ladji Doucouré. La gloire, les plateaux télé, les contrats publicitaires mirobolants, la fortune... Mais le conte de fées dégénère en descente aux enfers. Pour "Complément d'enquête", l'athlète la raconte à Peggy Leroy. Extrait.

Le voici à Viry-Châtillon, banlieue sud de la région parisienne, avec son grand frère Boro. C'est ici, avec leurs copains, qu'ils ont commencé la "course d'athlé". "On voulait tous devenir Carl Lewis en courant ici." Dix ans plus tard, c'est fait : en 2005, Ladji Doucouré est champion du monde du 110 mètres haies. Le lendemain, il remporte un deuxième titre en équipe. Une première pour un athlète français.

Abusé par ses conseillers financiers 

Plateaux télé et contrats publicitaires s'enchaînent : 50 000 euros en une semaine pour un déodorant. Nike lui fait un pont d'or : 100 000 euros par an pendant trois ans. Mais son entourage est dépassé, et Ladji livré à lui-même. Conseillé par un ancien athlète, il finit par s'en remettre entièrement à un gestionnaire de patrimoine et à un expert comptable. 

Le sportif confie sa naïveté et sa totale inexpérience : il n'a "jamais fait un virement", croit que son gestionnaire s'occupe de tout. En 2012, il découvre éberlué que les impôts lui réclament trois années d'impayés. Total : 231 000 euros. Ladji Doucouré a-t-il été négligent ? Abusé par ses conseillers financiers ? 

Après avoir vendu ses biens pour rembourser ses dettes, Ladji reprend la course, mais les résultats ne suivent plus et les sponsors lui tournent le dos. Plus aucun revenu... "J'avais honte de moi : j'arrivais en compétition, je regardais mes pieds, se souvient-il. A un moment, je ne savais même plus qui j'étais. Je devenais fou."

Extrait de "Complément d'enquête. La gloire et la galère", à (re)voir le 4 août 2016.