Cet article date de plus de quatre ans.

Ski de fond : plus de 290 athlètes soupçonnés de dopage, dont des Français

Une cinquantaine de skieurs concernés par ces tests sanguins "suspects" sont qualifiés pour les JO d'hiver 2018, révèle une enquête de plusieurs médias européens.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des skieurs en Allemagne, le 14 janvier 2018. (HENDRIK SCHMIDT / DPA / AFP)

Le dopage n'épargne pas le ski. Dimanche 4 février, une enquête publiée par plusieurs médias européens, dont le quotidien britannique The Times, révèle que plus de 290 skieurs de fond, dont 50 qualifiés pour les Jeux olympiques 2018 en Corée du Sud, présentent des résultats de tests sanguins "suspects". Parmi eux, 18 skieurs français seraient concernés.

L'enquête a été réalisée en partenariat avec les chaînes de télévision suédoise SVT et allemande ARD, ainsi que le site d’information suisse Republik. Elle se base sur une gigantesque base de données compilant les résultats de plus de 10 000 tests sanguins concernant près de 2 000 skieurs, sur la période 2001-2010. "Il y a un nombre important de médaillés qui ont des résultats de profil sanguin anormaux ou très anormaux, ce qui laisse penser qu'il y a un cas significatif de dopage", explique James Stray-Gundersen, expert anti-dopage qui a travaillé avec la Fédération internationale de ski.

La Russie en tête des pays les plus suspectés

Concrètement, 46% des médailles distribuées en ski de fond aux Mondiaux et aux Jeux olympiques, entre 2001 et 2017, ont été gagnées par des athlètes dont les valeurs sanguines ont présenté une ou plusieurs fois des anomalies. Pas moins de 313 médailles, soit plus de 290 skieurs qui présenteraient des tests sanguins irréguliers par rapport à leur passeport biologique – document électronique qui recense les résultats des contrôles. "Selon des experts, la probabilité que ces données sanguines soient dues à autre chose qu'au dopage est de 1%", précise la chaîne publique.

En tête des nationalités concernées par ces soupçons : la Russie, avec pas moins de 51 athlètes concernés. Suivent ensuite l'Allemagne... et la France, avec 18 sportifs concernés. Les pays nordiques – Norvège, Finlande, Suède – ne sont pas épargnés, tout comme les Etats-Unis. Pour autant, les journalistes qui ont mené l'enquête n'ont dévoilé aucun nom.

Les techniques de dopage sont proches de celles utilisées dans le cyclisme. On retrouve notamment des injections d'EPO (hormones de croissance) et des transfusions sanguines. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.