JO de Pyeongchang : 1 200 agents de sécurité terrassés par une épidémie de gastro-entérite

Contraints d'abandonner leur poste, ils devront être remplacés par des militaires.

Des bénévoles des JO de Pyeongchang, le 6 février 2018.
Des bénévoles des JO de Pyeongchang, le 6 février 2018. (VLADIMIR ASTAPKOVICH / AFP)

A trois jours de l'ouverture des Jeux olympiques de Pyeongchang, les organisateurs n'avaient sans doute pas besoin de ça. Plus de 1 200 agents qui devaient assurer la sécurité de la compétition ont été contraints de se retirer, touchés par une épidémie, a annoncé le comité d'organisation mardi 6 février.

Sur ces 1 200 personnes, 41 ont ressenti dimanche de soudaines diarrhées et envies de vomir, et ont été transférées à l'hôpital où il leur a été diagnostiqué un norovirus. A l'origine de la plupart des gastro-entérites, le norovirus est hautement contagieux et peut également se transmettre par la nourriture ou l'eau.

Des agents logés loin des athlètes

"Ils ont été remplacés par 900 militaires", a commenté un responsable du comité local d'organisation (POCOG).

Les autorités sanitaires enquêtent sur l'origine du virus. Celui-ci devrait cependant épargner les athlètes, dont beaucoup sont arrivés sur place : les personnes touchées, toutes employées d'une entreprise privée, étaient logées dans un centre pour jeunes de Pyeongchang, séparé du village des athlètes.