JO d'hiver 2018 : Tongien torse nu, stade à moitié vide, sosie de Trump... Ce qu'il faut retenir de la cérémonie d'ouverture

Les 23es Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang ont officiellement commencé, vendredi, lors d'une cérémonie notamment marquée par le défilé commun des deux Corées.

La patineuse artistique sud-coréenne Kim Yu-na allume la flamme olympique dans le stade de Pyeongchang, le 9 février 2018.
La patineuse artistique sud-coréenne Kim Yu-na allume la flamme olympique dans le stade de Pyeongchang, le 9 février 2018. (JAVIER SORIANO / AFP)

C'est parti pour dix-sept jours de compétitions, de médailles, de rebondissements et d'émotions. Les 23es Jeux olympiques d'hiver ont officiellement commencé, vendredi 9 février, à Pyeongchang (Corée du Sud). La traditionnelle cérémonie a duré un peu moins de trois heures. Près de 2 900 athlètes ont défilé dans le stade (et dans le froid). Franceinfo vous résume ce qui ne fallait pas rater de ce moment incontournable de toute olympiade.

Quand le stade a eu du mal à se remplir

Le froid polaire (-10°C) semble en avoir démotivé quelques-uns. Le stade olympique de Pyeongchang est loin d'avoir fait le plein. Beaucoup de sièges vides se languissaient dans l'enceinte de 35 000 places, comme l'ont repéré plusieurs internautes.

Quand la flamme olympique s'est allumée

Tout un symbole. Deux hockeyeuses coréennes se sont présentées pour allumer la vasque olympique. L'une est originaire du Nord, l'autre du Sud. C'est ensuite Kim Yu-na, championne olympique à Vancouver en 2010 de patinage artistique, qui s'est chargée d'allumer officiellement la flamme.

Voir la vidéo

Quand Jackie Chan a fait son apparition

A 63 ans, Jackie Chan fait toujours sensation. La preuve, lorsque son visage est apparu sur les écrans du stade. L'acteur chinois était l'un des porteurs de la flamme olympique.

Quand les sportifs de Corée du Nord et du Sud ont défilé ensemble

C'était sans aucun doute le moment fort de la cérémonie d'ouverture. Les délégations de Corée du Nord et de Corée du Sud ont défilé côte à côte. Au dos de leurs tenues blanches, on pouvait lire le mot "Corée". Le président sud-coréen n'a rien manqué de cette séquence historique. Tout comme la sœur de Kim Jong-un, le leader nord-coréen, présente elle aussi dans le stade. Les Jeux sont en effet marqués par la participation de 22 sportifs originaires de Corée du Nord.

Voir la vidéo

Quand la délégation française est entrée en scène

Drapeau bleu-blanc-rouge en main, le biathlète français Martin Fourcade a guidé la délégation française dans le stade. Pour l'anecdote, c'est selon l'ordre alphabétique coréen que les nations défilent. Voilà pourquoi les Bleus sont entrés juste après... le Togo.

Voir la vidéo

Quand un Tongien a débarqué torse nu

Il avait déjà fait le coup il y a deux ans à Rio. Le Tongien Pita Taufatofua a de nouveau défilé torse nu (et huilé) dans le stade olympique de Pyeongchang. Courageux, quand on connaît les températures polaires en ce moment du côté de la ville sud-coréenne...

Quand les Russes ont défilé sous la bannière olympique

C'était là aussi une séquence attendue : la délégation des athlètes olympiques de Russie a pu défiler derrière la bannière olympique et ses cinq anneaux. Bannie de ces Jeux pour dopage institutionnalisé, la Russie pourra néanmoins compter sur 168 de ces représentants, invités par le CIO car jugés suffisamment "propres".

Voir la vidéo

Quand des sosies de Donald Trump et Kim Jong-un ont été évincés

Donald Trump et Kim Jong-un étaient dans les tribunes du stade olympique de Pyeongchang. En tout cas leurs sosies. Casquette "USA" rouge pour le président américain, cheveux coiffés en arrière pour le dirigeant nord-coréen. Ils ont volé la vedette aux athlètes quelques minutes, avant d'être évincés de l'enceinte par les organisateurs. L'intervention s'est faite dans le calme.