JO d'hiver 2018 : les médaillés français obtiennent la défiscalisation de leurs primes

Les députés ont aligné, mardi soir, le régime des athlètes récompensés à Pyeongchang sur celui des médaillés des JO d'été.

Les biathlètes français Marie Dorin Habert, Simon Desthieux, Anais Bescond et Martin Fourcade posent avec leurs médailles olympiques, le 21 février 2018, à Pyeongchang (Corée du Sud).
Les biathlètes français Marie Dorin Habert, Simon Desthieux, Anais Bescond et Martin Fourcade posent avec leurs médailles olympiques, le 21 février 2018, à Pyeongchang (Corée du Sud). (FRANCK FIFE / AFP)

Eté, hiver, même combat. L'Assemblée nationale a voté, mardi 16 octobre, à l'unanimité, la défiscalisation des primes versées par l'État aux athlètes français ayant obtenu une médaille olympique ou paralympique l'hiver dernier à Pyeongchang, via un amendement au projet de budget 2019.

"Je suis très sensible à garantir une équité de traitement entre les médaillés aux Jeux olympiques et paralympiques d'été et d'hiver", a déclaré dans l'hémicycle la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, alors que les primes des JO de Pyeongchang devaient être fiscalisées, contrairement à celles de Rio 2016.

Des primes revalorisées mais fiscalisées dès 2020

Mais, alors que la plupart des députés souhaitaient une exonération pérenne, la ministre a plutôt promis "une revalorisation de ces primes à compter des prochains Jeux olympiques et paralympiques (en 2020), c'est-à-dire pour les athlètes médaillés à Tokyo, ainsi qu'à leurs encadrants". Le gouvernement, par cette revalorisation prochaine, tient compte "des situations professionnelles précaires" des sportifs.

Il me semble juste et normal qu'au même titre que les professeurs, les gendarmes ou les chefs d'entreprise, les sportifs payent des impôts sur leurs revenus.Roxana Maracineanuministre des Sports

Le quintuple champion olympique de biathlon Martin Fourcade et l'octuple championne paralympique de ski Marie Bochet avaient écrit une lettre à la ministre des Sports pour déplorer que le budget 2019 ne prévoie pas de défiscalisation pour les primes de médailles (50 000 euros pour l'or, 20 000 euros pour l'argent, 13 000 euros pour le bronze), contrairement aux Jeux d'été de Rio 2016.