JO d'hiver 2018 : ces biathlètes français dans l'ombre du maître Fourcade

Dernière épreuve de biathlon vendredi pour l'équipe de France, avec le relais masculin. Le "patron" Fourcade est très attendu, au point d'éclipser parfois ses co-équipiers.

Martin Fourcade, entouré du staff de l\'équipe de France de biathlon, savoure sa victoire sur la mass start (15 km) aux Jeux olympiques de Pyeongchang, le 18 février 2018.
Martin Fourcade, entouré du staff de l'équipe de France de biathlon, savoure sa victoire sur la mass start (15 km) aux Jeux olympiques de Pyeongchang, le 18 février 2018. (FRANCK FIFE / AFP)

Avec cinq médailles d'or à son palmarès olympique, dont trois remportées lors de ces Jeux d'hiver 2018, Martin Fourcade, 29 ans, a l'occasion de terminer en beauté son parcours à Pyeongchang, en Corée du Sud. Vendredi 23 février, il dispute la dernière épreuve du biathlon avec le relais masculin. Un Martin Fourcade tant attendu qu'il en éclipse les autres membres de l'équipe de France de biathlon.

Biathlon : ces Français de l'ombre, derrière Martin Fourcade, aux Jeux d'hiver 2018 - un reportage de Fanny Lechevestrier
--'--
--'--

Ils s’appellent Simon Desthieux, Émilien Jacquelin, Antonin Guigonnat et Quentin Fillon Maillet et ils avancent dans l’ombre du maître, loin des médias. Leurs noms et leurs voix sont méconnus. Souvent, on ne les entend que lorsqu'on sollicite leur avis sur Martin Fourcade. C'est un peu : tous derrière et, lui, devant.

"On le vit assez bien, assure Antonin Guigonnat, le biathlète de Morzine-Avoriaz, en Haute-Savoie, qui a décroché deux podiums cet hiver au Grand-Bornand et à Ruhpolding (Allemagne). Je l'ai souvent appelé 'l'extra-terrestre' à cause de ses résultats de biathlon. À côté de ça, ce n'est pas du tout un extra-terrestre. C'est quelqu'un de très accessible." 

La première fois que je suis monté en Coupe du monde, en 2013-2014, il était très accueillant. J'étais très agréablement surpris.Antonin Guigonnat, membre de l'équipe de France de biathlonà franceinfo

"Je me disais : 'C'est quand même une légende de notre sport et bientôt une légende du sport'", se souvient encore le jeune tricolore de deux ans le cadet de Martin Fourcade. Aucune once d’amertume donc dans la bouche. Le respect et l’admiration pour le quadruple champion olympique sont sincères. 

Loin des caméras

Mais, parfois, après des mois et des saisons à cravacher dans l’indifférence, cette absence de lumière se fait un peu plus pesante avec l’impression de ne pas toujours exister. "C'est sûr que Martin ramasse un peu la pression médiatique", reconnaît le Jurassien Quentin Fillon Maillet, passé au travers de ses Jeux.

Ce n'est pas toujours bien parce que c'est vrai que parfois, il en ramasse un peu trop et on est un peu caché derrière.Quentin Fillon Maillet, membre de l'équipe de France de biathlonà franceinfo

Qui sait par exemple que, Quentin Fillon Maillet aussi, a décroché un podium cette saison en Coupe du monde, sur le réputé circuit d’Ostersünd (Suède) ? "Martin a amené énormément au biathlon, je ne peux pas lui en vouloir de ramasser la popularité", confie, beau joueur malgré tout, le jeune biathlète de 25 ans. Même si tous font bloc derrière lui, on comprend aisément à travers ces mots qu'il n’est pas toujours facile de vivre dans l’ombre d’un grand champion. Les ego doivent souvent être remisés.

Un avantage à être derrière

Mais Simon Desthieux, le meilleur tricolore derrière Martin Fourcade durant ces Jeux, y voit tout de même un gros avantage : "Le leader, c'est lui et on s'intéresse un peu moins à nous, donc on peut vraiment s'occuper de notre technique pour aller chercher ce qu'on veut chercher", assure le jeune homme de 26 ans.

Ça nous enlève de la pression.Simon Desthieux, membre de l'équipe de France de biathlonà franceinfo

La voilà enfin cette médaille d'or!!!

Une publication partagée par Simon Desthieux (@simon_desthieux) le

D'ailleurs, mardi, dans le relais mixte avec Marie Dorin Habert et Anaïs Bescond, Simon Desthieux a réalisé un relais de très haut niveau pour lancer Martin Fourcade dans de belles conditions. L'équipe de France a savouré cette nouvelle médaille d'or.