Tony Estanguet : "À la tête de Paris 2024, je réinvestis tout ce que j'ai appris grâce au sport"

Le président du comité d'organisation des Jeux Olympiques 2024, Tony Estanguet, est l'invité du Monde d'Élodie. Il confie son envie que le sport retrouve une place centrale dans la société. 

LME Tony Estanguet
LME Tony Estanguet (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Le Monde d'Elodie avec Tony Estanguet
--'--
--'--

"À la tête de Paris 2024, je reproduis et réinvestis tout ce que j'ai appris grâce au sport", estime le président du comité d'organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024, Tony Estanguet, sur franceinfo dans Le Monde d'Elodie.

Car, Tony Estanguet, avant d'être un dirigeant sportif, a été triple champion olympique de canoë. Et l'expérience est unique se rappelle-t-il. "Quand tu as la médaille autour du cou, tu repenses à tous les moments, où gamin, tu avais des rêves plein la tête tout en te disant 'Mais est-ce que c'est pour moi ? Est-ce que ça vaut le coup d'y croire ?'", raconte celui qui, aujourd'hui, encourage les jeunes à faire du sport et à croire en eux.  

Le sport, une histoire de famille

"Si moi le petit Palois, qui n'avait aucune expérience, s'est retrouvé un jour triple champion olympique et aujourd'hui à la tête de Paris 2024, cela veut dire que nos destins sont assez incroyables", considère Tony Estanguet. Le plaisir du sport, c'est son père, trois fois vice-champion de France de kayak, qui lui a transmis. Ce dernier venait d'une famille d'agriculteurs et a donc découvert le sport que "très tardivement, à l'âge de 20 ans", témoigne son fils. 

Mais "le sport est ensuite devenu une histoire de famille", comme le relate Tony Estanguet. Il a même dû affronter son frère aîné en 2000 pour s'offrir un billet pour les JO de Sydney. "Je crois que ça a été la course la plus difficile de toute ma vie", confie l'actuel président de Paris 2024 qui a finalement écarté son aîné pour se sélectionner. "Je n'avais pas envie de lâcher le morceau, même face à mon frangin." 

Les JO 2024 à Paris pour célébrer le sport

Cela a été un "cap incroyable" pour celui qui a ensuite décroché l'or en Australie. Cette médaille rendait aussi hommage à son grand frère qui l'a, malgré tout, toujours soutenu. La première chose qu'il lui a dite, après sa défaite, était "de ne pas faire du tourisme" au pays des kangourous. Il est même devenu son entraîneur à la fin de sa carrière. "Il est celui qui m'a mis tout de suite à l'aise et n'a pas été revanchard. Nous avons su conserver cette relation de frères et je pense qu'il a joué un grand rôle là-dedans", remercie Tony Estanguet. 

L'horizon des JO de Paris, il l'attend avec impatience. "Nous allons entrer dans une nouvelle phase où le sport est repositionné au coeur de la société", se félicite Tony Estanguet. C'est déjà en partie le cas après la victoire des Bleus à la Coupe du Monde. Elle démontre pour lui "combien les Français sont attachés au sport, combien ils vibrent et partagent des émotions fortes grâce au sport". Et c'est ce qu'il retient de ce Mondial 2018. Bien sûr, "l'exploit sportif", mais surtout la capacité de la France "de se retrouver" dans ces moments exceptionnels.