Suppression du 50 km marche aux JO : "Ce n'est pas une surprise", se désole Yohann Diniz

"On avait déjà lutté activement pour ne pas disparaître des Jeux olympiques à Tokyo", explique le champion du monde en 2017 et recordman de la discipline.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Yohann Diniz champion du monde du 50 km marche à Londres en 2017, recordman de la discipline. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

La Fédération internationale d'athlétisme a proposé la suppression du 50km marche à partir des Jeux olympiques de Paris en 2024, dans un souci de mixité. Le Comité international olympique a accepté. Le 50km marche était au programme des JO depuis 1939. "Ce n'est pas une surprise, c'était attendu, on avait déjà lutté activement pour ne pas disparaître des Jeux olympiques à Tokyo", a réagi sur franceinfo Yohann Diniz, champion du monde en 2017 et recordman de la discipline. 

Le manque de mixité n'est pas en cause

"Cela a été une grosse bataille que l'on avait réussi à gagner. On savait que derrière on serait attaqués sur des arguments qui sont faussement valables", a relaté le sportif. En 2016, une épreuve féminine sur 50 km a été créée. "Elle a été ouverte en 2017 au championnat du monde à Londres où le Portugal a été champion du monde, elle a été rouverte en 2019 à Doha où là il y avait déjà plus de femmes qui participaient. Après, on leur a dit qu'elles ne feraient pas les Jeux olympiques à Tokyo, qu'il n'y aurait pas d'épreuve et qu'ils arrêteraient derrière. Ils ont fait une épreuve pour deux ans et donnés de faux espoirs aux femmes", a critiqué Yohann Diniz.

Cette épreuve du 50 km n'est pas supprimée à cause de "son manque de mixité puisqu'il y avait de plus en plus de femmes".

"L'épreuve a trop de valeurs fortes, de la dramaturgie, de la solidarité, un gros travail d'abnégation, des valeurs du sport qui maintenant ne font plus tellement partie du business du président de la Fédération internationale d'athlétisme".

Yohann Diniz, champion du monde 2017 du 50 km marche.

à franceinfo

Même si le 50 km marche a connu de problèmes de dopage, notamment avec les Russes, cela n'est pas non plus une raison. Aujourd'hui, "il y a toute une nouvelle génération avec tous les Japonais qui trustent les premières places sur le 20 km, le 50 km. Il y avait toujours beaucoup de pays qui participaient à cette épreuve". Cette épreuve "paie surtout le fait qu'il fallait réduire le format de la course et ils l'ont supprimée pour ne plus faire qu'une épreuve de marche de 20 km pour les hommes et pour les femmes."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.