Le Ballon de Paris, source d'inspiration pour la création d'aspirateurs à particules fines

Publié
France 3 Paris Ile-de-France
Article rédigé par
France Télévisions

Jérôme Giacomoni a eu l'idée d'inventer un aspirateur à particules en s'inspirant du Ballon de Paris. L'objectif, déployer ses Para-PM, ses purificateurs d'air, pour les Jeux de Paris 2024.#IlsOntLaSolution

Alors que les épisodes de pollution aux particules fines se multiplient à Paris, Jérôme Giacomoni, président du groupe Aerophile, a peut-être trouvé la solution pour améliorer la qualité de l’air.

Grâce au Ballon de Paris du parc André Citroën, cet entrepreneur a conçu un aspirateur capable de dépolluer l'air. "Comme le Ballon est chargé électriquement, il va attirer des particules fines qui elles-mêmes sont un peu chargées et qui vont se coller au ballon", explique Jérôme Giacomoni. Malheureusement, le Ballon de Paris n'est pas assez puissant pour avoir un réel impact sur la décontamination dans le temps. ll ne retire que sept grammes de particules fines par an. Malgré tout, l'appareil a donné l'idée à Jérôme Giacomoni de créer un dispositif capable d'éliminer plus d'éléments polluants. 

Les jeux de Paris 2024 comme objectif

La machine de purification s'appelle Para-PM et fonctionne comme un aspirateur. "L'air est capté par l'outil et il reçoit pleins d'électrons sur les particules fines qui se collent les uns aux autres. Ensuite cela va fonctionner comme un système d'aimant. On va d'abord envoyer un champ électrique intense et les particules vont se coller sur les parois", détaille-t-il. Selon le créateur, il faudrait 1000 para-PM pour 300 000 habitants. Ainsi, l'appareil pourrait réduire de 15% de la pollution de l'air de façon constante.

A l'horizon des Jeux Olympique 2024 de Paris, Jérôme Giacomoni souhaite déployer neuf de ses machines sur le futur village olympique pour purifier l'air des athlètes, de quoi améliorer leur bien-être et optimiser leurs performances.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.