Cet article date de plus de quatre ans.

La nouvelle maire de Rome enterre la candidature de la ville aux Jeux olympiques de 2024

La capitale italienne laisse ainsi la voie libre aux autres villes candidates : Paris, Budapest et Los Angeles.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La maire de Rome (Italie), Virginia Raggi, lors d'une conférence de presse à l'hôtel de ville, le 21 septembre 2016. (TIZIANA FABI / AFP)

La nouvelle maire de Rome (Italie), Virginia Raggi, a estimé mercredi 21 septembre qu'il serait "irresponsable" de soutenir la candidature de la ville pour l'organisation des Jeux olympiques de 2024. "Non aux Jeux du béton ! Absolument non ! (...) Non aux cathédrales dans le désert (...). Nous n'hypothèquerons pas l'avenir de cette ville", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse.

Le président du Comité olympique italien (Coni), Giuseppe Malago, avait prévenu la semaine précédente que ce retrait redouté du soutien de la mairie de Rome reviendrait à enterrer le projet. La décision de Virginia Raggi laisse donc la voie libre aux trois autres villes candidates : Paris, Budapest (Hongrie) et Los Angeles (Etats-Unis).

Rome a d'autres priorités que les JO

Virginia Raggi a été élue en juin après avoir répété pendant toute sa campagne que Rome avait d'autres priorités que les Jeux olympiques, comme les problèmes de transports ou de propreté. Elle a à nouveau estimé, mercredi, que les Jeux étaient toujours "un sorte de rêve qui se transforme en cauchemar" pour les habitants.

La question du coût des Jeux était également problématique, la ville de Rome croulant sous 13 milliards d'euros de dette. Le Coni avait pourtant assuré que l'organisation des JO 2024 ne coûterait pas un centime aux contribuables romains. Le budget, évalué à 5,3 milliards d'euros, devait être entièrement à la charge du comité olympique, des sponsors et de l'Etat italien. Des promesses qui, comme dans le cas de la candidature parisienne, sont à prendre avec beaucoup de pincettes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.