La mairie de Paris répond à Emmanuel Macron sur Total : Paris 2024 n'est "pas obligé" de faire "d'un des plus gros pollueurs" un partenaire majeur des JO

Le premier adjoint d'Anne Hidalgo a réagi sur franceinfo aux propos tenus par Emmanuel Macron dimanche sur franceinfo. Le président de la République a regretté que Total ne fasse pas partie des sponsors des futurs Jeux Olympiques. 

Emmanuel Grégoire, le 6 juin 2019. 
Emmanuel Grégoire, le 6 juin 2019.  (VINCENT ISORE / MAXPPP)

"Il faut un minimum de cohérence" : Emmanuel Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgo, a répondu à Emmanuel Macron, lundi 8 juillet sur franceinfo. Le chef de l'État a regretté dimanche que l'entreprise française renonce à être sponsor des JO 2024 sous la pression de la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui veut des Jeux les plus écologiques de l'Histoire. Pour Emmanuel Grégoire, Paris 2024 n'est "pas obligé" de faire de Total "un partenaire majeur de l'organisation des Jeux Olympiques".

"Pas d'inquiétudes" sur le budget

"Je pense que cela aurait été une forme d'incohérence, estime Emmanuel Grégoire. Je pense que cela aurait été souligné, que toute l'équipe France aurait été pointée du doigt en disant : arrêtez de raconter des 'carabistouilles', pour reprendre un mot du président de la République. Vous dites que vous voulez faire des JO verts et en même temps, vous faites de l'un des plus gros pollueurs de la planète votre partenaire principal. Il faut un minimum de cohérence."

"Total, le cœur de son métier, c'est l'exploitation des énergies fossiles. A elle seule, ça représente à peu près 1% des émissions mondiales de gaz à effet de serre", a rappelé l'élu parisien.

L'adjoint au maire a tenu à rassurer : il n'y a "pas d'inquiétudes" sur le budget des Jeux Olympiques 2024. "Des discussions qui aboutiront, il y en aura, des discussions qui n'aboutiront pas, il y en aura également. Il ne faut pas commenter à chaque fois qu'il y a un engagement ou un désengagement d'un partenaire potentiel", a-t-il affirmé. Paris 2024 attend1,2 milliard d'euros des sponsors, sur un budget total annoncé à 3,8 milliards.