JO de Paris 2024 : Airbnb devient l'un des principaux sponsors du CIO jusqu'en 2028, la mairie de Paris conteste la décision

L'accord avec Airbnb, dont le montant n'a pas été dévoilé, couvrira au total cinq éditions des JO à savoir Tokyo en 2020, Paris en 2024 et Los Angeles en 2028 pour l'été, ainsi que Pékin en 2022 et Milan-Cortina en 2026 pour l'hiver.

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach (à gauche) et le cofondateur d\'Airbnb, Joe Gebbia, à Londres, lors de la confirmation de leur partenariat, le 18 novembre 2019.
Le président du Comité international olympique, Thomas Bach (à gauche) et le cofondateur d'Airbnb, Joe Gebbia, à Londres, lors de la confirmation de leur partenariat, le 18 novembre 2019. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

L'objectif est de redorer son image après plusieurs controverses. Le géant de la location de logements entre particuliers Airbnb a annoncé, lundi 18 novembre, qu'il devenait l'un des principaux sponsors du Comité international olympique (CIO) jusqu'en 2028. Ce partenariat, dévoilé à Londres par le cofondateur de la plateforme, Joe Gebbia, intervient au moment où la société veut se présenter sous son meilleur jour avant une possible introduction en Bourse en 2020.

Airbnb entre dans le cercle fermé des grandes entreprises membres du programme "top" du CIO. L'accord avec Airbnb, dont le montant n'a pas été dévoilé, couvrira au total cinq éditions des JO, à savoir Tokyo en 2020, Paris en 2024 et Los Angeles en 2028 pour l'été, ainsi que Pékin en 2022 et Milan-Cortina en 2026 pour l'hiver.

Une lettre d'Anne Hidalgo adressée au CIO

Populaire auprès de millions de touristes pour ses prix jugés attractifs, Airbnb s'est notamment attiré les foudres de nombreux professionnels de l'hôtellerie. Plusieurs contentieux opposent actuellement le géant américain à la ville de Paris. En février, la mairie de Paris a ainsi assigné en justice la plateforme, passible d'une amende de 12,5 millions d'euros pour avoir mis en ligne 1 000 logements non enregistrés. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a écrit vendredi au président du CIO pour "l'alerter sur les risques et les conséquences" de ce sponsoring, selon son courrier dont l'AFP a eu copie.

Dans sa lettre, la maire PS, en campagne pour sa réélection, promet sa "totale détermination" pour "obtenir un renforcement des règles encadrant les plateformes de location et, le cas échéant, à les faire interdire" dans certains secteurs de Paris.

En soustrayant à Paris un nombre important de logements, Airbnb est un facteur d'augmentation du prix des loyers et d'aggravation de la pénurie de logements sur le marché locatif, pénalisant l'ensemble des Parisiennes et des Parisiens, et, en particulier, les classes moyennes.Anne Hidalgo, maire de Parisdans une lettre au CIO

"Les conséquences se mesurent parfois à l'échelle d'immeubles, de rues, lorsque ce ne sont pas des quartiers entiers qui sont touchés, générant des nuisances pour les riverains, déstabilisant le commerce local et concurrençant durement l'hôtellerie traditionnelle", ajoute Anne Hidalgo.