Breakdance aux JO de Paris-2024 : "Un aboutissement pour une culture mondiale", estime Sidney, figure du hip-hop en France

Le CIO a validé ce lundi l'arrivée du breakdance au programme des JO-2024 de Paris. Cela va "rajeunir l'image des Jeux olympiques", estime le DJ, rappeur et animateur.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le breakdanceur brésilien Mateus de Sousa Melo aka Bart, en 2019 en Inde. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

"La représentation du breakdance aux Jeux olympiques, c'est un aboutissement pour une culture qui est mondiale qui touche tout le monde", a réagi mardi sur franceinfo Patrick Duteil, plus connu sous le nom de Sidney, alors que le CIO a validé, lundi 7 décembre, l'arrivée du breakdance au programme des JO-2024 de Paris. Rappeur, DJ, danseur et animateur radio et TV, Sidney a été le concepteur et l'animateur de la première émission de télévision au monde entièrement consacrée au hip-hop, H.i.p. H.o.p, sur TF1 en 1984.

Il faut "noter la danse, la musicalité du danseur"

L'arrivée du breakdance "va rajeunir aussi l'image des Jeux olympiques", estime Sidney. Mais il espère que la culture hip-hop ne va pas "se perdre dans les Jeux olympiques". Le breakdance est "un mélange de danse, de parade, de théâtre, de danse africaine, de capoeira" qui se danse "au sol ou debout", explique-t-il. Cela fait "partie de la culture hip-hop où les codes sont respectés mais en même temps libres".

Sidney craint qu'en intégrant le "breaking dans les Jeux olympiques", la discipline finisse par ne plus ressembler "à de la danse et que cela devienne gymnique". Il faut selon lui "noter la danse, la musicalité du danseur", à l'image de ce qui se fait pour le patinage artistique, "que ce soit noté dans ces mêmes valeurs". Le rappeur espère que le CIO va "respecter toutes ces valeurs qui apportent toute cette légitimité de la culture hip-hop".

Les Français "sont les meilleurs"

"Pour tous les gens un peu grincheux qui disent, le hip-hop, c'est passé de mode", Sidney estime que le breakdance aux Jeux olympiques "va vraiment apporter une pérennité, une continuité, une longévité et de l'authenticité" à cette culture qui sera "respectée et reconnue grâce au CIO", veut-il croire.

En attendant 2024, et ces premiers JO intégrant le breakdance, Sidney tient à affirmer que les Français sont "les meilleurs", parfois "les numéros 2 parce que les Américains sont très bons". En France, "on a les Twins qui dansent avec Beyoncé", ajoute le DJ qui anime des tournois dans toute la France et constate qu'"on a un très bon niveau". "Les Français sont très reconnus partout dans le monde entier."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.