JO 2016 : quelles sont ces mystérieuses marques rouges sur le dos de Michael Phelps ?

Il s'agit des marques causées par le "cupping", de petites ventouses posées sur la peau.

Michael Phelp, le 8 août 2016 à Rio, lors du relais 4x100m. 
Michael Phelp, le 8 août 2016 à Rio, lors du relais 4x100m.  (ALEXANDER VILF / SPUTNIK / AFP)

Des bleus ? Des taches de naissance ? De la crème solaire mal étalée ? Rien de tout cela. Le dos, l'épaule droite et le haut du bras droit de Michel Phelps sont apparus couverts de mystérieuses marques rouges, lundi 8 août, lors du relais 4x100 m remporté par les Etats-Unis. Ces marques circulaires correspondent en réalité à une méthode de soin utilisant des ventouses.

Appelée "cupping", cette méthode consiste à aspirer la peau avec des ventouses, faciliter ainsi la circulation du sang et soulager les douleurs. La star des bassins utilise cette méthode régulièrement et poste des photos de ses séances sur Instagram. 

Thanks @arschmitty for my cupping today!!! #mpswim #mp @chasekalisz

A photo posted by Michael Phelps (@m_phelps00) on

Une méthode également utilisée par de nombreux membres de la Team USA. 

Heading to another training. One day closer to our goal!!! #TEAMUSA I hope everyone is ready for opening ceremonies tomorrow!!!

A photo posted by Alex Naddour (@alex_naddour) on

Laughing because it hurts so bad. Gonna leave a mark! #AthleteLife

A photo posted by Natalie Coughlin (@nataliecoughlin) on

"Un dopage physiologique" autorisé

Une pratique nouvelle ? Pas du tout, explique L'Express. "D'une part, ça a un effet antalgique et d'autre part ça a un effet dopant. Mais c'est autorisé, car c'est du dopage physiologique et non chimique", précise ainsi Daniel Henry, président de l'association internationale des praticiens de la médecine des ventouses. Ce spécialiste s'étonne également que les Français n'y ont pas recours, alors que les Chinois l'ont déjà utilisé en 2008 pour les jeux de Pékin.

Mais cette théorie ne fait pas consensus. "Il n'y a aucune preuve scientifique. Comment cela peut-il produire un effet ? C'est insensé. Si cela provoque des bleus, ça peut casser des vaisseaux et cela n'aide en rien", estime le professeur de pharmacologie David Colquhoun consulté par The Independent. Même son de cloche pour le professeur Edzard Ernst, interrogé par la BBC qui estime qu'il n'y a "aucune preuve de l'efficacité" de la méthode, même s'il y a forcément eu "des clients satisfaits depuis 3 000 ans"

Ce qui est certain, c'est que les spectateurs ne sont pas passés à côté. Les recherches “cercles sur Michael Phelps” ont ainsi augmenté de 2 100% sur Google dimanche soir, a noté The Guardian.