JO 2016 : des athlètes au grand cœur

Des sportifs français, nageurs, judokas ou escrimeurs, profitent de leur séjour au Brésil pour partager leur passion avec les enfants des favelas.

France 2

 

Ce jour-là sur la plage de Rio (Brésil), pour ces enfants d'une favela des quartiers nord, c'est un rêve qui se réalise. Joséphine Jacques-André-Coquin, Gauthier Grumier, ils ont les athlètes olympiques français rien que pour eux pendant deux heures. Et le plus beau des cadeaux par le champion Yannick Borel, la médaille d'or olympique. Mais elle se mérite. Il faut d'abord jouer de l'épée avec les meilleurs des entraîneurs. Rendre accessible un sport jugé très élitiste au Brésil à des enfants issus des quartiers les plus pauvres de Rio et pourquoi pas créer des vocations.   

Donner de son temps pour faire découvrir les sports olympiques

Alors forcément le cadeau d'une épée a une valeur inestimable. Escrime, mais aussi golf, natation, plongeon ou judo, depuis un an, grâce à plusieurs associations franco-brésiliennes, une trentaine d'athlètes français donnent de leur temps pour faire découvrir leurs sports olympiques, souvent inconnus dans ces quartiers périphériques. Ce jour-là dans la favela de Morro do Fuba, Gévrise Émane est accueillie en championne. Elle a beau avoir raté la médaille olympique en judo, sa déception est vite envolée. 35 kimonos sont offerts aux enfants pour l'occasion. Le but ultime est de récolter assez de fonds pour créer un jour un complexe sportif dans la favela.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une favela à Rio de Janeiro (Brésil), le 28 juin 2014.
Une favela à Rio de Janeiro (Brésil), le 28 juin 2014. (ALESSANDRO GAROFALO / REUTERS)