"Incroyable" et "irréel" : la presse britannique exulte après les JO

Outre-Manche, les journaux vantent la réussite de la compétition et de la cérémonie de clôture, lundi. Revue de presse. 

Des danseurs et des figurants agitent le drapeau de l\'Union Jack, lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Londres, le 12 août 2012. 
Des danseurs et des figurants agitent le drapeau de l'Union Jack, lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Londres, le 12 août 2012.  (OLIVIER MORIN / AFP)

JO 2012 - Les Jeux sont finis, mais la presse britannique a du mal à leur dire "au revoir", lundi 13 août. Pour les journaux d'outre-Manche, la moisson de médailles engrangées par les athlètes britanniques, l'enthousiasme débordant du public et le bon déroulement des JO ont changé la façon dont se voit le pays. Revue de presse au lendemain de la cérémonie de clôture.

Un final avec les Spice Girls comme superstars

Les Take That, John Lennon (revenu des cieux), The Who ou encore Brian May de Queen et les cinq Spice Girls ont enflammé la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Londres"Quelle finale !" s'enthousiasme lundi matin le populaire Daily Mail, qui estime que le Royaume-Uni "a remporté la médaille d'or de l'excentricité" lors de cette soirée. Le Guardian salue, lui, "un spectacle bruyant de culture populaire", malgré le coût faramineux que cela a engendré. 

Le grand retour des Spice Girls a contribué à cet épanchement de fierté. Les chanteuses ont réveillé le stade olympique aux sons de quelques-uns de leurs tubes, dont le désormais culte Wannabefaisant swinguer le Premier ministre David Cameron et le maire de LondresBoris Johnson. Elles "n'ont pas déçu", note le Daily Mail, qui consacre un diaporama aux "cinq fabuleuses".

"Le stade olympique s'est transformé en un jukebox vivant et dansant, chargé de quelques-unes des plus mémorables chansons britanniques des 50 dernières années", se vante le Telegraph (texte en anglais). Pour le quotidien, la cérémonie de clôture vient ainsi parachever "deux semaines de spectacle incroyable qui ont surpassé nos rêves les plus fous". 

Une poussée de "fierté" britannique

Mais les quotidiens britanniques s'autocongratulent surtout à propos de la compétition. "Merci, ça a été une explosion", écrit ainsi le Daily Telegraph en une. Le tabloïd The Sun dit, lui, "au revoir" aux "meilleurs Jeux".

"La Grande-Bretagne a montré au monde une figure unie et heureuse, avec son équipe multiculturelle (...) Aussi, soyons fiers aujourd'hui. Etre britannique, c'est être à nouveau un vainqueur", poursuit le Daily Mail. Et pour cause : les athlètes du Royaume-Uni ont remporté 65 médailles (le décompte s'affiche en une du site du Sun), dont 29 en or, ce qui hisse la nation à la troisième place du podium.

Du côté du Times (version papier), on loue ces jeux qui ont été "presque irréels" dans leur déroulement et leur intensité. "Ils ont été une grande démonstration de compétence, de créativité, d'athlétisme et de fair-play sportif", note le quotidien. Dans un billet de blog, le Telegraph renchérit : "Nos Olympiades ont été un succès fou, dévorant (...) Nous étions britanniques, à Londres, en 2012. Ce moment où une nation est née." Et de s'interroger dans le titre du texte : "Si Dieu est anglais [référence au titre d'un classique de la littérature britannique], est-ce à cela que le paradis ressemble ?" Pour les Britanniques, il semblerait que oui.