Hockey sur glace : le mystère reste entier après la disparition d'Ivan Fedotov, gardien russe médaillé olympique et recruté par la NHL

Le hockeyeur russe a disparu des radars depuis plusieurs jours. Les informations officielles à son sujet sont rares, voire inexistantes. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le gardien de but du CSKA Moscou, Ivan Fedotov, lors d'un match de barrage dans le championnat russe, le 18 avril 2022. (ALEXANDRE OVCHAROV / AFP)

C'est une nouvelle affaire qui mêle sport et géopolitique en Russie. Depuis plusieurs jours, les médias locaux et internationaux évoquent l'arrestation, dans son pays, puis la disparition du joueur russe de hockey sur glace Ivan Fedotov. Le vice-champion olympique à Pékin, âgé de 25 ans, a signé en mai un contrat avec la franchise des Flyers de Philadelphie, pour jouer au sein de la Ligue nationale de hockey (NHL). Selon plusieurs médias, il aurait depuis cherché à éviter d'effectuer son service militaire, obligatoire en Russie pour les hommes de 18 à 27 ans.

Selon l'AFP, l'avocat du joueur, Alexeï Ponomarev, affirme que Fedotov a été envoyé à Severomorsk, dans la région de Mourmansk, dans le Grand Nord, au climat rude, où se trouve une importante base navale. Les informations tombent au compte-gouttes, et aucune communication officielle du Kremlin ou d'une autre institution n'a permis d'avoir des nouvelles concrètes du sportif.

Fedotov , "symbole" malgré lui

Les Flyers de Philadelphie restent assez vagues sur la question. "Nous sommes au courant des informations et enquêtons sur la situation. Nous n'avons aucun autre commentaire à faire pour le moment", a déclaré Chuck Fletcher, directeur général des Flyers de Philadelphie, dans un communiqué (en anglais) envoyé à CNN. Contactée par franceinfo: sport, la franchise n'a pas répondu à nos sollicitations. 

Interrogé par la presse, le porte-parole du Kremlin est resté évasif. Dmitri Peskov a rappelé que "l'obligation de faire le service militaire figure dans la loi russe". "Des discussions sentimentales autour de ce sujet sont peu appropriées", a-t-il ajouté.

"L'immense majorité des sportifs de haut niveau échappent au service militaire, et c'est très facile, assure Lukas Aubin, docteur en géopolitique, spécialiste de la Russie et du sport. Les athlètes sont en effet considérés comme des éléments patriotiques très importants pour améliorer l'image de la Russie à l'étranger."

"Même un citoyen lambda en Russie peut y échapper moyennant pots-de-vin et autres magouilles."

Lukas Aubin, spécialiste de la Russie et du sport

à franceinfo: sport

Ainsi, Ivan Fedotov est devenu un "symbole, et un signal envoyé par le Kremlin à tous les athlètes russes, pour les avertir et leur dire : 'Si vous cherchez à vous soustraire à votre service militaire, à quitter le territoire russe, et finalement à échapper à l'effort national auquel tous les citoyens russes doivent participer, alors vous pourrez être potentiellement réprimés'", poursuit l'auteur de La sportokratura sous Vladimir Poutine. 

"Il n'a aucune raison d'échapper au service militaire. Ivan n'a jamais été convoqué. Il n'a pas éludé l'appel du bureau d'enregistrement et d'enrôlement militaire", affirme de son côté Alexeï Ponomarev, cité par le site de le média d'Etat russe RIA Novosti  (article en russe). Toujours d'après l'avocat d'Ivan Fedotov, le joueur "a été transporté à l'hôpital" après son interpellation, car il s'est senti mal. "Mais je n'ai pas plus d'informations", a-t-il précisé, cité par l'AFP.

Le joueur de hockey russe Ivan Fedotov, le 20 février 2022, à Pékin, lors des Jeux olympiques. (MATT SLOCUM / AP / SIPA)

Ivan Fedotov est inactif sur son compte Instagram depuis plusieurs semaines. Sa dernière publication, datée du 2 juin, a été récemment commentée par des dizaines de personnes avec un simple hashtag #freefedotov ("Libérez Fedotov").

Une "nouvelle guerre froide du sport"

Cette situation montre que la Russie, déjà pointée du doigt pour l'affaire autour de la basketteuse américaine Brittney Griner, se "referme sur elle-même pour conserver un sentiment national et patriotique très fort dans le cadre de cette guerre en Ukraine, qui est plus largement une guerre contre l'Occident, l'Otan et les Etats-Unis évidemment", analyse Lukas Aubin, qui parle de "nouvelle guerre froide du sport". Une guerre froide en 2022 bien différente des années 1980. "On revient à une forme de perestroïka mais à l'envers. A l'époque, les athlètes de haut niveau soviétiques cherchaient à partir à l'étranger, aux Etats-Unis et au Canada notamment. Ils réussissaient à le faire, souvent au prix et au terme d'un bras de fer avec l'Etat central et Mikhaïl Gorbatchev."

Aujourd'hui, les athlètes ne peuvent plus se risquer à tenir tête au régime russe, sans risquer des représailles "allant de la sanction sportive à des sanctions plus graves". A l'image d'Ivan Fedotov, qui risque jusqu'à deux ans de prison. Alors, le Russe pourra-t-il rejoindre les Etats-Unis pour débuter sa saison comme prévu ? Pour l'heure, rien n'est moins sûr.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hockey sur glace

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.