Jeux paralympiques : le tennis de table à l’honneur, encore des chances de médailles en cyclisme, la dernière de Didier Richard... Ce qu’il ne faut pas manquer vendredi

Le para athlétisme est aussi en vue vendredi avec les finales d'Angélina Lanza et Gaël Geffroy respectivement en triple saut et sur 1500 m.

Article rédigé par
Elias Lemercier - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Fabien Lamirault, ici le 26 août 2021 face à Jiri Suchanek en simple, peut remporter un deuxième titre olympique d'affilée en équipe après son succès en 2016 à Rio avec son coéquipier Stéphane Molliens.  (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Pour la dixième journée de compétitions aux Jeux paralympiques de Tokyo, vendredi 3 septembre, la France pourrait encore glaner quelques médailles. L'équipe de France de tennis de table masculine (catégorie 1-2) défendra son titre face à la Corée du Sud, qu'elle avait déjà affrontée il y a cinq ans en finale à Rio. Didier Richard, qui participe à ses quatrième Jeux olympiques, tentera de décrocher, à 56 ans, une première médaille paralympique en tir. Enfin, le cyclisme sera de nouveau à l'honneur avec plusieurs nouvelles chances de médailles.

Para athlétisme : Angélina Lanza et Gaël Geffroy pour une deuxième breloque en or

4e en triple saut (catégorie T-47) à Rio il y a cinq ans, Angélina Lanza débarque à Tokyo pour passer un cap. Si la médaille olympique manque toujours à son palmarès, l’athlète, licenciée à Lyon Athlétisme, est une habituée des trophées : médaillée de bronze aux Mondiaux 2017 de Londres et championne d’Europe en 2018 à Berlin, Lanza est loin d’être une novice. Elle participe également à l'épreuve du 400 m qui débute samedi.

Âgé de 21 ans, Gaël Geffroy fait partie des jeunes athlètes promis au succès à Paris 2024. Présent à Tokyo sur le 1 500 m (catégorie T20), autant essayer de briller dès maintenant. S'il occupe le 12e rang mondial, ils sont six à se tenir en deux secondes. Autant dire que sur une course assez tactique comme le 1 500 m, tout est possible pour le pensionnaire de Montluçon Athlétisme.

Para cyclisme : de nouvelles chances de médailles tricolores en cyclisme sur route

Les Français savent rouler comme le prouvent les huit médailles décrochées en cyclisme sur route sur ces Jeux paralympiques. Et ce n’est peut-être pas fini. En lice sur la course hommes C4-5, Dorian Foulon et Kevin le Cunff tenteront d’imiter leur compatriotes Florian Jouanny et Loïc Vergnaud. Dorian Foulon connaît, lui, la rigueur nécessaire pour ramener l’or : il est devenu champion olympique en poursuite individuelle sur piste vendredi dernier.

Alexandre Lloveras peut lui aussi réaliser le doublé. Médaillé d’or en tandem sur contre-la-montre sur route, Alexandre Lloveras retrouve le goudron nippon cette fois-ci pour l'épreuve en ligne (catégorie B).

Enfin chez les femmes, Elise Marc sera au départ de l'épreuve en ligne sur route en catégorie C1-3. L'athlète de 33 ans a déjà participé aux JO en 2016 à Rio où elle a terminé 5e en… triathlon. Mais sa catégorie de handicap en triathlon n’ayant pas été retenue pour Tokyo, elle s’est reconvertie sur le cyclisme sur route. 12e du contre-la-montre, Elise Marc ne fait pas partie des favorites pour l'épreuve en ligne. Mais avec la pluie qui s’invite de nouveau au-dessus de la capitale nippone, les cartes pourraient être redistribuées.

Para tennis de table : un choc contre la Corée du Sud en finale

Lauréat de dix médailles en tennis de table, son sport le plus fructueux, la France est à une victoire d’en décrocher une 11e. En finale hommes par équipe, catégorie 1-2, l’équipe de France retrouve la Corée du Sud.

Un vrai choc puisque c’était ces mêmes équipes qui s’étaient disputées la médaille d’or il y a cinq ans à Rio. Une rencontre remportée par la France. Fabien Lamirault, déjà titré en simple, et Stéphane Molliens, présents en 2016, tenteront de réaliser le doublé.

Para tir sportif : enfin la bonne pour Didier Richard ?

Les Jeux, il les connaît bien. Didier Richard a déjà participé aux Jeux paralympiques d'Athènes 2004, de Pékin 2008 et de Rio 2016. Malgré toutes ses participations, le Saint-Quentinois de 56 ans n’a jamais décroché la moindre médaille. Victime d’un accident de moto à l’âge de 19 ans, Didier Richard reste néanmoins une valeur de de son sport comme le prouve son titre de champion d'Europe de R1-carabine 10 m debout en 2018 à Belgrade.

7e de l’épreuve R1-carabine 10 m debout le 30 août dernier à Tokyo, Didier Richard participe vendredi à l’épreuve de R7-carabine 50 m 3 positions SH1, celle où il a réalisé sa meilleure performance olympique avec une 4e place en 2016 à Rio.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Handisport

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.