Cet article date de plus d'un an.

Tests de grossesse illégaux : le club de Nantes visé, la Ligue va réagir

L’affaire commence à faire grand bruit. Jeudi en fin d’après-midi, l’Association des Joueurs Professionnels de Handball (AJPH) publiait un communiqué dénonçant des « pratiques inacceptables qui se seraient déroulées au sein d’un club de Ligue Butagaz Énergie (championnat féminin de 1ère division). Dans le cadre des bilans biologiques de début de saison, l’analyse du taux de l’hormone Béta HCG, visant à détecter un état de grossesse, aurait été prescrite par le médecin du club sans le consentement des joueuses. »
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (OLIVIER LANRIVAIN / MAXPPP)

Dans son communiqué (à lire en intégralité ici), l’AJPH rappelle que «ce type de contrôle est totalement illégal et viole non seulement la vie privée des joueuses mais porte également une grave atteinte à leur intimité. »  L’association a adressé au club et au médecin un courrier et en a informé les instances ainsi que les partenaires sociaux.

Selon nos informations, le club de Nantes Atlantique Handball (à ne pas confondre avec son voisin, le HBC Nantes), où évoluent notamment les internationales françaises Camille Ayglon-Saurina, Catherine Gabriel et Blandine Dancette, serait le club incriminé dans le communiqué. Contacté à plusieurs reprises, le président du NHA Arnaud Ponroy n'a pour l'heure pas répondu à nos sollicitations. De son côté, la présidente de la Ligue féminine de handball, Nodjialem Myaro, nous a indiqué qu'un communiqué sera publié dans les prochaines heures.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Championnat de France (StarLigue)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.