Griezmann, Ribéry, Meslier... Ces Français qui ont marqué le week-end européen

Antoine Griezmann et Christopher Nkunku décisifs, Franck Ribéry qui continue la dolce vita à Florence, Corentin Tolisso puni par le Bayern Munich... Tour d'horizon des Français quo ont marqué le week-end de football sur les pelouses européennes.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Antoine Griezmann (FC Barcelone), Franck Ribéry (Fiorentina) et Illan Meslier (Leeds)

• Griezmann, buteur salvateur

Antoine Griezmann est loin d'avoir signé sa prestation la plus aboutie avec le FC Barcelone. Cantonné principalement à l'aile gauche de l'attaque catalane, le Français a peiné à peser sur le match (seulement 39 ballons touchés et un seul dribble). Tout du moins jusqu'à la 74e minute. A l'origine de l'action, l'attaquant tricolore a converti un excellent centre du jeune Oscar Mingueza, habituellement joueur de la réserve. Ce but en fin de match a permis au Barça de dominer l'Athletic Bilbao (2-1) et d'éviter d'attiser la tempête qui règne déjà en Catalogne, suite aux révélations d'El Mundo sur le contrat astronomique de Lionel Messi alors que le club subit d'importantes pertes financières.


 

• Ribéry fait durer le plaisir

Plus en retrait avec la Fiorentina depuis le début du mois de janvier, Franck Ribéry a retrouvé des sensations. L'ancien joueur du Bayern Munich a été déterminant dans le point du nul ramené par la Viola chez le Torino (1-1). A dix, puis à neuf à contre onze, la formation florentine s'en est sortie grâce au premier but de la saison de son attaquant français. Seule petite frustration de la soirée, l'égalisation concédée en toute fin de match. Car pour le reste, Ribéry a le sourire. Au point de s'imaginer prolonger l'aventure. "Je suis heureux ici. Est-ce que je vais rester ? Il faut demander au club, moi je suis disponible" a déclaré le joueur de 37 ans, dans des propos repris par Tuttosport.

• Tolisso, grosse boulette et plates excuses

Voilà qui va faire couler un peu d'encre en Bavière. Corentin Tolisso avait retrouvé un peu de couleurs et de temps de jeu au Bayern Munich en fin d'année 2020. Malheureusement, ce n'était pas encore l'heure des bonnes résolutions pour le milieu de terrain international. L'ancien Lyonnais a été puni par sa formation pour avoir enfreint le protocole Covid de la Ligue allemande. La cause de ce courroux ? Un tatouage, fait cette semaine par le joueur qui ne portait pas son masque au moment de sa réalisation. "Corentin Tolisso a violé ces règles, bien que notre direction sportive ait régulièrement et clairement communiqué", s'est emporté le président du champion d'Europe, Karl-Heinz Rummenigge. "Nous ne tolèrerons pas ce genre de violation, et nous allons infliger à Corentin Tolisso une sanction financière douloureuse, dont le montant sera versé à des œuvres caritatives." Le Français s'est excusé via ses réseaux sociaux, peu après avoir été écarté de la feuille de match contre Hoffenheim

• Nkunku – Nukiele – Upamecano : les Bleus portent Leipzig

Dans le duel des outsiders en Bundesliga, Leipzig a eu raison de Leverkusen. Le Rasenball peut dire merci à son trio tricolore Christopher Nkunku – Nordi Mukiele – Dayot Upamecano. Le premier a remporté son match dans le match des anciens Titis du PSG face à Moussa Diaby. Nkunku a inscrit son troisième but de la saison, un but plein d'abnégation dans un registre proche d'un attaquant de pointe qu'il apprivoise au fur et à mesure. Ses deux compères se sont pour leur part montré impériaux derrière, assurant la cage des leurs inviolée. Leipzig reste à sept points du leader, le Bayern Munich, mais fait la différence sur un concurrent direct au podium.

• Meslier a écoeuré les Foxes

Leeds a créé une des surprises de la journée de Premier League en s'imposant chez un des prétendants aux places européennes, Leicester. Sur la pelouse des Foxes, le promu a fait parler sa force de frappe offensive en passant trois buts à la formation de Brendan Rodgers. Ils ont aussi tenu bon grâce à un nouveau bon match de son gardien français Illan Meslier. L'international U21 n'a cédé qu'en début de match face à Harvey Barnes, avant d'imposer son talent dans son but. L'ancien Lorientais a signé sept arrêts, dont certains de grande classe, pour assurer la victoire des siens. Meslier est joueur, comme toute l'équipe de Marcelo Bielsa. Et les nombreux buts encaissés ne disent pas tout de l'importance du gardien français au sein de l'effectif des Peacocks.

• Pléa et Thuram ont tout essayé

Le Borussia Mönchengladbach a marqué le pas en concédant le nul sur la pelouse de l'Union Berlin (1-1). Alassane Pléa et Marcus Thuram ont pourtant tenté tout ce qu'ils pouvaient pour trouver la faille. Pléa, très bon samedi, y est parvenu à l'heure de jeu, inscrivant son troisième but de la saison. Son compère d'attaque, l'international Thuram avait visiblement à cœur de retrouver des sensations face au but quelques jours après être revenu de suspension. L'ex-Guingampais a tenté pas moins de huit fois sa chance, pour seulement deux frappes cadrées. A eux deux, les deux Français ont signé plus de la moitié des tirs de Gladbach (10/18). Ce match nul ne fait toutefois pas les affaires du club, toujours septième et hors des places européennes. Une victoire, et le Borussia aurait pu grimper au quatrième rang de Bundesliga.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.