Cet article date de plus de quatre ans.

Quand Zlatan Ibrahimovic se compare à Napoléon

Modeste comme à son habitude, bientôt honoré par une statue en Suède, Zlatan Ibrahimovic n'a pas hésité à se comparer au fameux Empereur français. "Comme Napoléon en Europe, j'ai conquis chaque pays où je suis allé" a-t-il déclaré au quotidien Aftonbladet.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Zlatan Ibrahimovic, la classe en dehors du terrain (ATILA ALTUNTAS / ANADOLU AGENCY)

Arrivé comme un "roi" et reparti comme une "légende" du Paris Saint-Germaim, Zlatan Ibrahimovic se voir désormais en Empereur.  Dans une interview au quotidien Aftonbladet, la star suédoise s'est lâché : "Comme Napoléon en Europe, j'ai conquis chaque pays où je suis allé". La prochaine étape ? Conquérir les Etats-Unis. "J'ai toujours osé accepter de nouveaux défis", a rappelé Ibrahimovic, qui a joué aux Pays-Bas, en Italie, en Espagne et en France, avant de signer cet été un contrat d'un an à Manchester United. Passons sur le fait que Napoléon est allé en Russie sans la conquérir, cette nouvelle sortie va à nouveau ravir ses fans et agacer ses détracteurs.

Retraité de la sélection nationale, "Ibra" a expliqué que c'était "bizarre" de ne plus y jouer, car "on ne voit plus la magie", ajoutant que désormais "chacun à une chance de se montrer. Personne n'est meilleur que les autres". Honoré par son onzième ballon d'or national lundi soir, l'ancien attaquant du PSG  a aussi appris qu'une statue le représentant serait érigée à côté du stade national, la Friends Arena. De 2,40 m de haut, elle le représentera les bras étirés. "Le gars de Rosengård qui a sa propre statue dans la capitale. Ça arrive souvent quand on meurt, mais je suis encore très vivant", s'est amusé la star en conférence de presse. Avant de conclure: "Il ne me manque plus que le Palais royal. C'est pour la prochaine fois!"

La statue, c'est déjà aussi bien que Napoléon.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Zlatan Ibrahimovic

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.