Une chanson de Michael Jackson s’invite au Mondial

"They don’t care about us"… Traduction : "Ils s’en fichent de nous". Ce titre de Michael Jackson trouve un écho particulier dans les favelas de Rio de Janeiro pendant la Coupe du Monde de football.

(Une statue en bronze représentant Michael Jackson poing levé vers le ciel se dresse au milieu de la favela Santa Marta à Rio © Radio France / Nicolas Mathias)
avatar
Cécilia ArbonaRadio France

Mis à jour le
publié le

C’est une chanson qui date de 1996 et qui avait été écrite par la star de la pop, Michael Jackson, pour dénoncer les préjugés et la haine. Un titre que les habitants pauvres de Rio se sont approprié quand l’artiste a choisi de tourner une partie du clip dans la favela Santa Marta. "They don’t care about us"… Traduction : "Ils s’en fichent de nous"…  Presque 20 ans après, le titre n’a pas pris une ride et pour les oubliés de la Coupe du Monde, ces paroles résonnent aujourd’hui comme une opposition à la FIFA.

REPORTAGE - Cécilia Arbona | Une chanson de Michael Jackson s’invite au Mondial
--'--
--'--

 

(Dans cette favela de Rio, le message des oubliés du Mondial © Radio France / Nicolas Mathias)

Dans des odeurs de friture et d’humidité, on traverse la favela Santa Marta par des escaliers colorés, agrippés à la roche de la colline. Près d’une statue en bronze, représentant Michael Jackson, poing levé vers le ciel, un couple d’Américains prend des photos.

"Il a tourné le clip  dans ces escaliers-là. Michael Jackson a fait sa vidéo ici parce que le gouvernement brésilien ne faisait rien pour ces enfants des rues. Cette chanson pendant la Coupe du Monde, c’est comme une alarme pour dire : ‘Il ne faut pas nous mettre hors-jeu encore’. Je pense que la FIFA ne reverse pas grand-chose aux Brésiliens ", nous dit Cristina.

Son petit ami Biron n’a jamais entendu parler de cette chanson mais il se dit ému par ces enfants des favelas, "souriants, insouciants, qui font des batailles de cerfs-volants ". "On a grimpé jusqu’ici pour les voir, on leur a acheté des babioles et cet argent c’est pour eux ", explique-t-il.

(Dan cette boutique, on compte toujours sur les retombées du clip de Michael Jackson tourné en 1996 dans la favela © Radio France / Nicolas Mathias)

Sonia tient la petite boutique de souvenirs sur la place. Elle raconte que depuis la visite de Michael Jackson, tout a changé. "Il y a un avant et un après lui. Tout a été pacifié, urbanise, avant il y avait beaucoup de drogue et de violence ", raconte-t-elle. 

Mais les retombées Michael Jackson, comme celles de la Coupe du Monde, sont maigres. Les touristes qui s’aventurent dans la favela ne représentent pas du tout le gros des hordes de supporters qui dépensent leurs reais (devise brésilienne) au bord de l’océan.

(Plus de deux millions de personnes, soit un tiers de la population de Rio, vivent aujourd'hui dans les quelque 750 favelas de la ville. Près de 200 d'entre elles ont été "pacifiées" depuis 2008 © Radio France / Nicolas Mathias)