Cet article date de plus de six ans.

"Non, je n'étais pas tout seul à manifester contre les dirigeants du RC Lens"

Au lendemain de la très faible mobilisation lors d'un entraînement des joueurs, mercredi 4 février à Avion (Pas-de-Calais), un supporter livre sa version des faits à francetv info.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le logo du RC Lens, au stade Félix-Bollaert de la ville du Pas-de-Calais, le 29 janvier 2015. (THIERRY THOREL / CITIZENSIDE / AFP)

La plus petite manifestation de France a-t-elle eu lieu au camp d'entraînement du RC Lens, mercredi 4 février ? A en croire La Voix du Nord, elle n'a fédéré qu'un seul supporter indépendant, fâché contre les dirigeants du club nordiste, confronté à de très graves difficultés financières. "Il était tout seul, il a été identifié par nos renseignements, confirme le commissariat d'Avion à francetv info. Par contre, une quarantaine de supporters ont assisté à cet entraînement public, mais tout le monde était très calme."

Pour en avoir le cœur net, francetv info a contacté Matt, ce supporter indépendant. "On n'était pas contents après une émission radio du président [du RC Lens] Gervais Martel, lundi soir. A la base, un autre supporter a lancé le mouvement sur Facebook. Mais comme il n'a jamais fait de manif, j'ai repris le flambeau, explique-t-il, fâché. Beaucoup de monde a répondu présent. Quand les renseignements m'ont contacté, j'ai évalué le nombre entre 50 et 70 supporters." Il prévoit de bloquer les dirigeants à l'intérieur du centre, vers 12h30, après l'entraînement.

"Le monsieur des renseignements m'a ramené en voiture"

Le jour J, au centre d'entraînement de La Gaillette, les portes s'ouvrent vers 9h30 et les joueurs viennent saluer leurs supporters. "Il y avait aussi deux voitures banalisées de la police, deux de la BAC, deux des RG et un fourgon, indique Matt. Et surtout, il y avait une trentaine de personnes au total, dont 10 ou 15 qui avaient répondu à notre appel sur Facebook. Donc je n'étais pas seul, contrairement à ce que j'entends."

"Et là, je suis cueilli par les RG – d'ailleurs très gentils avec moi –, le directeur de la sécurité de Lens et le responsable de la communication." Le blocus échoue, d'autant que le président Gervais Martel est absent ce jour-là. "Le ton est monté avec Damien Vanoise [le responsable de la sécurité du club] et puis ça a été mieux avec Dominique Regia Corte [le speaker]. Finalement, un monsieur des renseignements m'a ramené dans sa voiture à la gare", ce que confirme le commissariat. "C'est pour ça que certains pensent que j'étais seul, conclut Matt. Je précise qu'à aucun moment, je n'ai été menotté."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.