Serie A : l'Inter au régime, la Juventus discrète, l'Atalanta à l'affût... Une saison 2021-2022 plus indécise que jamais

Le championnat italien reprend samedi et la course au titre n'a jamais semblé aussi ouverte, quelques mois après le titre de l'Inter Milan

Article rédigé par
Elias Lemercier - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Qui succèdera à l'Inter Milan, vainqueur du Scudetto la saison dernière le 23 mai 2021 ?  (ISABELLA BONOTTO / ANADOLU AGENCY / AFP)

L'été 2021, les Italiens s'en souviendront longtemps. Un titre de champion d'Europe de football début juillet et une moisson réussie au Japon avec 10 titres olympiques et 40 médailles dans ses valises, effaçant leurs records des Jeux de Los Angeles en 1932 et de Rome en 1960. 

Mais l'unité derrière la Squadra Azzurra et l'équipe olympique va laisser la place à la Serie A et au retour des rivalités inter-régionales (et inter-villes) souvent vues dans la Botte. Surtout, cette saison 2021-2022 s'annonce comme l'une des plus ouvertes ces dernières années. Propriété de la Juventus avec neuf titres de suite entre 2012 et 2020, la couronne de champion est revenue à l'Inter Milan la saison dernière, annonçant une nouvelle ère dans le football italien

L'Inter Milan, un roi au régime

Après neuf ans de règne juventini, l'Inter Milan a finalement réussi à faire tomber la Juve grâce à une équipe compétitive centrée autour de Romelu Lukaku, Achraf Hakimi et Nicolo Barella entre autres. Sauf que la crise du Covid a laissé des traces et cet été le club a dû se résoudre à réduire la voilure (baisse de la masse salariale et plus values sur le mercato) comme demandé par son propriétaire chinois, le groupe Suning.

Le défenseur marocain Achraf Hakimi a rejoint le Paris Saint-Germain, Romelu Lukaku est lui reparti du côté de Chelsea, où il a évolué de 2011 à 2014.  (FRANCK FIFE / AFP)

L'Inter a donc dit ciao à Antonio Conte (l'entraîneur), Lukaku et Hakimi. Benvenuti Simone Inzaghi, Hakan Çalhanoglu et Edin Dzeko. L'Internazionale a perdu en talent mais a réussi à compenser ces départs par des joueurs de renom moins coûteux, à l'image de l'arrivée du prometteur Denzel Dumfries. Même si la base de l'effectif du titre de la saison dernière est toujours là, plusieurs cadres sont partis, et le nouvel entraîneur Inzaghi va devoir réinventer une identité pour conserver le Scudetto. 

Une Juventus déchue et discrète

Comme l'Inter Milan, la Juventus a elle aussi été touchée par la crise sanitaire et ses conséquences économiques. Cela s'est ressenti sur le marché des transferts. D'ordinaire très active, la Vieille Dame n'a cette fois-ci enregistré les arrivées que de deux joueurs cet été : Kaio Jorge, jeune avant-centre brésilien en provenance de Santos, et Manuel Locatelli, champion d'Europe avec la Nazionale en juillet. L'option d'achat du milieu Weston McKennie a aussi été levée.

L'expérience Andrea Pirlo ayant échoué, c'est Massimiliano Allegri qui fera son grand retour sur le banc de la Juve, deux ans après son départ. Avec des grands joueurs dans ses rangs, Cristiano Ronaldo en tête, la Juve ne vise rien d'autre que le Scudetto et un deuxième échec de suite serait un réel coup dur pour le club.

Mourinho, arrivée capitale

Tout est toujours plus fun quand José Mourinho pointe le bout de son nez. Le mythique entraîneur portugais est de retour en Serie A, onze ans après son dernier match avec l'Inter Milan. Mais même si nom impressionne toujours, sa légitimité a pris un grand coup ces dernières saisons avec un premier échec du côté de Manchester United suivi d'un second à Tottenham où pour la première fois de sa carrière d'entraîneur, il n'a remporté aucun trophée avec un club.

José Mourinho sur le banc romain lors d'un match amical, le 25 juillet 2021. (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

À Rome, le Special One débarque dans un club en perte d'identité, qui n'arrive plus à peser sur la scène nationale. Dans un des effectifs les plus faibles qu'il a côtoyé ces dernières années, Mourinho aura la lourde tâche de raviver la flamme romaine, qui est toujours à la recherche de son premier Scudetto depuis 2001. Pour cela, les dirigeants romains ont offert un cadeau de bienvenue à Mourinho : l'attaquant anglais de 23 ans, Tammy Abraham, qui débarque dans la capitale après avoir marqué 30 buts en 85 rencontres avec Chelsea.

L'Atalanta Bergame attend son heure

Trois fois troisième lors des trois dernières saisons, l'Atalanta est la nouvelle tête d'affiche du football italien, et confirme année après année qu'elle est là pour durer. Encore en Serie B il y a 10 ans, le club de Lombardie est devenu un magnifique outsider et cette saison il peut prétendre à beaucoup plus, dans une course au Scudetto qui n'a jamais été aussi ouverte. Toujours sous les ordres de Gian Piero Gasperini, l'Atalanta a réussi un joli coup en récupérant en prêt le prometteur défenseur turc Merih Demiral en provenance de la Juventus.

Le défenseur allemand Robin Gosens lors d'un match amical face à la Juventus le 14 août dernier.  (MARCO BERTORELLO / AFP)

Pour la sixième année avec Gasperini à sa tête, et avec ses cadres du vestiaire toujours là, l'effectif semble arrivé à maturité et fin prêt à gagner des titres. Il faudra montrer un peu plus de constance, eux qui ont montré dans le passé qu'ils étaient capable de battre... et de perdre contre tout le monde en Italie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Serie A

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.