Affaire Conté : le footballeur mis en examen pour violences volontaires avec arme et port d'arme prohibé

Antoine Conte, footballeur du Stade de Reims, a été mis en examen jeudi 8 décembre. Il est soupçonné d'agression sur un jeune homme, grièvement blessé.

Le défenseur Antoine Conte, lors du match de l\'Euro 2017 U21 contre la Macédoine, le 28 mars 2016.
Le défenseur Antoine Conte, lors du match de l'Euro 2017 U21 contre la Macédoine, le 28 mars 2016. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le défenseur du Stade de Reims Antoine Conte a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, vendredi 9 décembre, pour violences volontaires avec arme ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à huit jours et port d'arme prohibée, rapporte France Bleu Champagne-Ardenne. Les faits se sont produits jeudi. Selon le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette, une demande de placement en détention a été faite par le magistrat instructeur, qui n'a pas retenu l'option du bracelet électronique.

Le défenseur central de 22 ans est soupçonné d'avoir agressé un jeune homme qui essayait de s'interposer dans une bagarre entre le sportif et sa compagne. 

Une bagarre dans une rue de Reims

Antoine Conte a d'abord eu un différend avec son amie et est soupçonné de l'avoir frappée jusque dans la rue, où la jeune femme était allée chercher de l'aide. Un passant, âgé de 19 ans, a alors tenté de porter secours à la compagne du joueur. Excédé, le footballeur serait retourné à son domicile pour prendre une batte de base-ball. Deux coups auraient été portés à la victime, sur la tête et les membres. "La victime a toujours été consciente mais a dû subir une intervention chirurgicale" a précisé Matthieu Bourette. Le joueur rémois avait été interpellé chez lui.

Conté parle d'un coup de sang non-réfléchi

D'après le procureur de la République de Reims, Antoine Conté a reconnu les faits, parlant d'un coup de sang non-réfléchi et non-prémédité. Il a dit regretter ses actes et souhaiter se racheter, a expliqué le procureur, qui qualifie l'agression de "geste totalement gratuit".

Dans le cadre de son placement sous contrôle judiciaire, l'ancien pensionnaire du centre de formation du PSG est interdit de rentrer dans la Marne, d'entrer en contact avec la victime et les témoins ainsi que de détenir une arme. Selon l'AFP, il encourt jusqu'à cinq ans de prison.

La compagne du footballeur n'a pas porté plainte. Cependant, en août dernier, elle avait déjà déposé une plainte avant de la retirer.

Dans un communiqué publié vendredi, le Stade de Reims "prend connaissance avec effroi des actes de violence inqualifiables auxquels se serait livré Antoine Conte et condamne avec une extrême fermeté ces agissements, qui vont profondément à l’encontre de ses valeur". Le club a ajouté qu"il exigait que "le joueur réponde de ses actes" et que les sanctions envers le joueur seront "exemplaires si les faits sont avérés". 

.