Football : avec le mercato d'hiver, il y a de "bon coups" à faire avec les joueurs du PSG, selon Jean-Pierre Bernès

Le mercato d'hiver démarre pour un mois. Selon l'agent de joueurs Jean-Pierre Bernès, "c'est peut être le moment d'acheter un joueur de Paris", qui pourrait se délester d'une partie de son effectif pour entrer dans les critères du fair-play financier.

Le Brésilien Lucas Moura (PSG), en octobre 2017.
Le Brésilien Lucas Moura (PSG), en octobre 2017. (MAXPPP)
avatar
Fanny LechevestrierfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Alors que le mercato d'hiver dans le football commence lundi 1er janvier, tous les regards cette année se tournent vers le PSG, qui prépare une véritable cure d'amaigrissement. Après avoir beaucoup dépensé cet été, avec 222 millions d'euros déboursés pour le seul Neymar, le PSG n'a pas d'autres choix que de se délester de quelques stars pour se mettre dans les clous du fair-play financier.

Le mercato qui s'ouvre lundi 1er janvier est la dernière chance pour le PSG de rééquilibrer ses comptes d'ici la fin de la saison et la présentation de ses finances devant l'UEFA. Et il y a de bonnes affaires en vue, selon Jean-Pierre Bernès, l'un des agents de joueurs les plus importants et influents en France. "Paris a de très grands joueurs qui peuvent intéresser beaucoup de clubs, à condition d'en avoir les moyens".

Des joueurs priés de trouver un point de chute

Problème, pour Paris : les joueurs qui peuvent rapporter de l'argent et dont le club peut se séparer sans trop s'amoindrir ne sont pas légion. Le Brésilien Lucas Moura fait partie de ceux-là. Pas dans les plans de l'entraîneur Unai Emery, il a été invité à se trouver un nouveau point de chute cet hiver. Même chose pour l'indésirable Hatem Ben Arfa.

Deux Argentins sont aussi dans l'expectative : Angel Di Maria et Javier Pastore. Celui-ci a été recruté en 2011 comme le symbole du projet qatarien à Paris. Il est aujourd'hui en quête de temps de jeu en vue de la Coupe du monde. 

Reste à savoir quel club pourra et aura envie de supporter ces salaires et, indirectement, aider le PSG. Certains clubs européens pourraient-ils laisser ces joueurs à Paris pour le mettre en difficulté ? Difficile à croire, balaie Jean-Pierre Bernès. "On n'entre pas dans cette stratégie, si on a besoin de recruter, on ne regarde pas si c'est Paris ou un autre. On essaie surtout de se renforcer et de flairer un bon coup en pensant à l'année d'après. Paris est dans la situation de devoir vendre, c'est peut être le moment d'acheter un joueur de Paris. Avec la qualité des joueurs qu'ils ont, ça ne peut être qu'un renfort pour ces clubs-là."