Ligue 1 : VAR et arbitrage, polémique autour du but vainqueur du PSG contre Angers

Le but de la victoire parisienne, inscrit sur un penalty dans les dernières minutes de la rencontre face à Angers, a fait polémique vendredi au Parc des Princes. 

Article rédigé par
Louise Gerber - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le tournant du match entre le PSG et Angers : une tête manquée de Mauro Icardi touche le bras du défenseur Pierrick Capelle, provoquant, après l'intervention de la VAR, un penalty vainqueur transformé par Kylian Mbappé, le 15 octobre 2021. (FRANCK FIFE / AFP)

La VAR à nouveau cible de protestations en Ligue 1. Lors du match comptant pour la 10e journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain s'est imposé de justesse face à Angers, grâce à un penalty de Kylian Mbappé en toute fin de rencontre, vendredi 15 octobre 2021. 

Un penalty salvateur pour les Parisiens, qui voulaient rebondir après leur première défaite de la saison en championnat face à Rennes le 3 octobre. Mais une décision incomprise par l'équipe angevine, déçue de perdre de cette manière après une prestation solide au Parc.

Les Parisiens, menés dès la 39e minute par des Angevins percutants sur les contres, sont revenus à hauteur du SCO à la 69e grâce à un but de Danilo. Un quart d'heure plus tard, le club de la capitale a même réussi à prendre les devants et s'emparer des trois points de la victoire.

L'action qui mène au penalty ? Une tête non-cadrée de Mauro Icardi dans la surface angevine, involontairement déviée par le bras de Pierrick Capelle. Réclamé par Kylian Mbappé, le penalty est finalement accordé par l'arbitre de la rencontre, Bastien Dechepy, après consultation de l'assistance vidéo. 

"Un sentiment d'injustice" du côté angevin

Une décision contestée par les Angevins, pas en raison du signalement de la main, mais parce que selon eux, une faute a été commise par l'attaquant argentin du PSG sur un défenseur avant sa tête.

"La VAR doit revenir sur l’action, il y a limite un placage au sol [Angers réclamait une faute d'Icardi sur Romain Thomas juste avant la main involontaire de Pierrick Capelle]. Lorsque l’erreur n’est pas corrigée, ça fait mal. On se demande pourquoi elle n’est pas corrigée", s'est demandé le coach du SCO, Gérald Baticle, à la fin de la rencontre, plein de "frustration, de colère et d'incompréhension"

Un constat partagé par le défenseur angevin, Romain Thomas, qui n'a pas manqué de montrer sa colère au micro de Prime Video : "La VAR ça commence à me fatiguer, on met des millions dans un truc, on ne sait même pas l'utiliser." Et d'expliquer : " Il y a faute au départ de l'action de Icardi. Il me tire sur le bras, je tombe, et après il joue de sa position pour le penalty."

Son entraîneur a développé : "Je suis favorable à la VAR, car elle corrige 70-80% des erreurs. Mais quand vous êtes dans les 20% non corrigés, ça fait mal, a précisé en conférence de presse Gérald Baticle. Il y a de l'incompréhension, un sentiment d’injustice. Sur le but, on a la capacité de revenir pour voir s'il y a main, mais on ne peut pas voir que mon défenseur est plaqué au sol deux secondes avant... La VAR doit être à 100%, là il a manqué des éléments."

De son côté Mauricio Pochettino a expliqué "ne pas avoir revisionné les images". "C'est difficile de juger. J'ai déjà été dans cette situation, je compatis avec les Angevins", a glissé le coach parisien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers PSG

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.