Cet article date de plus de huit ans.

Edinson Cavani a signé au PSG pour 64 millions d'euros

L'attaquant uruguayen de Naples rejoint le club parisien pour cinq ans. Il a été présenté officiellement en conférence de presse. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
L'attaquant uruguayen Edinson Cavani, le 26 juin 2013. (RICARDO MORAES / REUTERS)

Vous avez fait connaissance avec Radamel Falcao, "El Tigre", la recrue à 60 millions de l'AS Monaco ? Place maintenant à "El Matador", l'Urugayen Edinson Cavani, le coup de folie à 64 millions d'euros du PSG sur le marché des transferts, officialisé mardi 16 juillet lors d'une conférence de presse. Il touchera 9,5 millions d'euros par an (hors primes), selon le journal L'Equipe, ce qui en fait le plus gros transfert de l'histoire de la Ligue 1. Et le joueur ne boude pas son plaisir. "Je viens avec beaucoup de joie, de confiance et d'envie", a-t-il déclaré. "C'est un club qui fait partie du top mondial et qui peut lutter pour la Ligue des Champions". Quant au duo qu'il va former avec Zlatan Ibrahimovic, il a dit : "Ibra, c'est un champion mondial, pour un autre attaquant, c'est un plaisir de jouer à ses côtés".

Histoire de briller dans les travées du Parc des Princes, voici quelques anecdotes croustillantes sur la nouvelle recrue parisienne.

1Il n'est pas surnommé qu'"El Matador"

Quand il était jeune, on le surnommait "le petit chauve" ou "la pelure" car sa mère lui coupait les cheveux très courts. On l'appelait aussi "Botija", qui veut dire "cruche" en espagnol, la cruche faisant référence à sa fragilité. Son prénom "Edinson" lui a valu le diminutif d'"Edi". Et ses équipiers napolitains le surnommaient "Jésus", référence à sa foi. 

2Il est né dans la même ville que Luis Suarez, à trois semaines d'intervalle

La ville de Salto, 100 000 habitants, n'est pas uniquement la deuxième ville d'Uruguay. Les deux attaquants de la sélection nationale y ont vu le jour pendant l'hiver 1987, à trois semaines d'intervalle. C'est à peu près tout ce qu'il y a de commun entre le paisible Cavani et le volcanique Suarez, qui va jusqu'à mordre ses adversaires sur le terrain. 

L'attaquant uruguayen Edinson Cavani sous forme de figurine au moment où il portait les couleurs de Naples, le 14 mars 2013. (LAURA LEZZA / GETTY IMAGES)

3Il a porté longtemps un appareil dentaire

Dans une interview à El Pais en février 2011, il explique : "Quand je suis arrivé en Italie, les médecins m'ont appris que les dents avaient une forte influence sur la posture, les réflexes et l'équilibre. Avec mon appareil dentaire, je me suis senti plus fort, plus à l'aise pour tirer et voir les cages. Avant, quand je recevais la balle, je n'avais parfois pas assez de réflexes pour voir le défenseur arriver."

4Son supporter n°1, c'est Dieu

L'archevêque de Naples a sobrement estimé que les buts de Cavani étaient l'œuvre de Dieu. Avant de prédire que l'attaquant marquerait 150 buts lors de la saison 2011-12. On attend maintenant l'analyse de Mgr Vingt-Trois, archevêque de Paris. 

Tout dans la vie d'Edinson Cavani est réglé par la Bible. Il lit le texte sacré tous les soirs avant d'en discuter avec sa femme, il a donné des prénoms bibliques à ses enfants, et il porte le maillot n°7 car "c'est le numéro de Dieu". D'après La Croix, ce nombre évoque très exactement "la complétude selon Dieu". Faut-il pour autant le ranger parmi les Athlètes du Christ, la très influente congrégation de sportifs chrétiens (dont fait partie Falcao, justement) ? "Je ne me considère pas comme un Athlète du Christ, mais un athlète pour le Christ", a-t-il répondu à El Pais (en espagnol).

5Il sait expliquer simplement son rôle d'attaquant

"Si je vais sur un terrain, et que j'ai la balle au pied et les cages en face de moi, je peux passer la journée entière à essayer de marquer, explique-t-il au Daily Mirror (en anglais). J'aime le contact avec la balle. C'est pourquoi je suis un attaquant."

L'attaquant uruguayen Edinson Cavani, sous les couleurs du Napoli, le 30 mars 2013 à Turin (Italie). (OLIVIER MORIN / AFP)

6Il a donné son nom à une pizza, une saucisse et un café à Naples

Cent quatre buts en 138 rencontres sous le maillot napolitain ont achevé de faire de lui une idole au même titre que Diego Maradona, passé vingt-cinq ans auparavant sur la côte amalfitaine. Les commerçants locaux lui ont dédié une pizza à base de mozzarella... dont il ne raffole pas - "je préfère des pizzas plus simples et plus légères", a-t-il expliqué, cité par Fox Sports (en anglais). Un café à sa gloire - tout est dans le saupoudrage de cacao sur la mousse - et des saucisses à son nom complètent le tableau. Les commerçants parisiens sont prévenus ! 

7La mafia s'est excusée d'avoir volé la montre de sa femme

Toutes les stars du Napoli, comme le n°10 Marek Hamsik ou l'attaquant Ezequiel Lavezzi, passé depuis au PSG, ont eu droit au "home-jacking", au vol à l'arraché de bijoux, au vol de voitures dans une ville particulièrement dangereuse (record d'Europe du nombre d'homicides et de dealers de drogue, d'après la radio américaine NPR). L'épouse d'Edinson Cavani ne fait pas exception. En août 2012, la jeune femme se fait dérober sa montre d'une valeur de 18 000 euros à l'arraché. Que croyez-vous qu'il arriva ? La mafia a envoyé une lettre anonyme à la police pour qu'elle récupère le bijou. Et avec des excuses !

8Il danse le "Gangnam Style" comme une chaussette

Pour preuve, cette vidéo de la célébration de son but contre Parme, en septembre dernier. A sa décharge, il n'avait pas la musique en fond...

9Sa famille commente les rumeurs de transfert dans la presse

Oubliez les agents qui balancent des rumeurs aux quotidiens sportifs pour faire monter la cote de leur poulain. Les parents d'Edinson Cavani s'en chargent très bien tout seuls, remarque ESPN FC (en anglais). En juin, Maman Cavani expliquait sur une radio uruguayenne qu'"Edi [était] en pourparlers avec Manchester City et le Real Madrid". Un duel entre deux clubs, donc ? Mais Papa Cavani confiait à un site spécialisé : "Edinson a expliqué en privé à la famille qu'il voulait rejoindre le Real Madrid, mais s'il le dit publiquement, ça va ennuyer son club." Ajoutez à ce micmac son frère, qui intervient régulièrement dans la presse pour commenter les envies d'ailleurs de son frangin, et l'actualité des Cavani devient un feuilleton familial en soi.

10Il veut jouer tout le temps (comme Ibrahimovic)

"Moi, je veux jouer tout le temps parce que je veux marquer chaque semaine", a-t-il déclaré, cité par le blog Euro-Visions d'Eurosport. Tout comme son futur partenaire à la pointe de l'attaque, Zlatan Ibrahimovic.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers PSG

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.