Premier League : le sacre de Manchester City en chiffres

Pour la troisième fois en quatre ans, Manchester City est sacré champion d’Angleterre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Riyad Mahrez et Kevin De Bruyne, deux des artisans majeurs du sacre de City en Premier League, ici lors de la demi-finale de Ligue des champions contre Paris le 4 mai 2021. (PAUL ELLIS / AFP)

Cela commence à devenir une habitude : pour la troisième fois en quatre ans, Manchester City est champion d’Angleterre après la défaite des Red Devils contre Leicester, mardi 11 mai. Mais cette fois, les Skyblues n’ont laissé que très peu de place au suspense. Ultra-dominateurs tout au long de la saison, les hommes de Pep Guardiola ont peu tremblé et soulèvent un deuxième titre cette saison, deux semaines après leur succès en League Cup contre Tottenham. A l’aube de leur première finale de Ligue des champions, les Citizens sont donc en piste pour un triplé historique. Rien d’étonnant, étant donné leur rendement cette saison. La preuve par les chiffres.

7etitre pour City

Fondé en 1899, Manchester City a longtemps vu son compteur de titres de champion d’Angleterre bloqué à deux, après les couronnes de 1937 et 1968. Mais depuis le rachat du club par des fonds émiratis en 2008, les Skyblues se sont imposés comme un des poids lourds du championnat. Si bien que ce titre de champion d’Angleterre 2021 est le septième de l’histoire des citizens qui devient le 5e club le plus titré de l’histoire, ex-æqo avec Aston Villa, derrière Manchester United (20), Liverpool (19), Arsenal (13) et Everton (9).

Surtout, il s’agit du troisième sacre en quatre ans, ce qui assoit City comme le cador d’outre-Manche de ces dernières années. Pour finir, c’est déjà le troisième pour Pep Guardiola depuis son arrivée en 2016. L’entraîneur catalan, trois fois champion d’Espagne avec le Barça, et d’Allemagne avec le Bayern, porte ainsi son total à 31 titres toutes compétitions confondues.

18cleansheets

On a souvent loué - à juste titre - la qualité de jeu des citizens ces dernières années, mais ce qui a fait la différence cette saison, c’est une solidité défensive enfin trouvée. Après des années à dépenser des dizaines de millions d’euros sur le mercato pour s’offrir des défenseurs centraux toujours plus onéreux, Manchester City a enfin visé juste en attirant Ruben Dias.

Arrivé de Benfica l’été dernier contre 68 millions d’euros, le Portugais a apporté la sérénité qui faisait défaut à l’arrière garde citizen ces dernières années. La preuve : les 18 cleansheets en 35 rencontres, soit plus d’un match sur deux sans prendre de but. Et 12 de ces cleansheets l’ont été avec la charnière Ruben Dias - John Stones, qui s’est imposée aux dépens du Français Aymeric Laporte. De quoi faire de City la meilleure défense du championnat.

12buts pour Gündogan

Sterling, Agüero, Gabriel Jesus, Mahrez, Foden, De Bruyne… C’est peu dire que niveau attaquants, Manchester City est bien pourvu. Pourtant, le meilleur buteur des Skyblues en championnat est un milieu de terrain, Ilkay Gündogan. Avec 12 buts en championnat (16 toutes compétitions confondues), le milieu de terrain allemand de 30 ans a été le principal canonnier de la saison.

Mais à City, même si l’équipe joue souvent sans véritable numéro 9 de métier, le danger vient de partout, à l’image de Sterling (10 buts), Mahrez (9 buts), Jesus (8 buts) ou encore Foden (7 buts). Même chose du côté des passeurs, au premier rang desquels se place Kevin De Bruyne, la maestro belge de City (11 passes décisives), devant Sterling (7) est Bernardo Silva (6). De quoi faire tourner les têtes des défenseurs adverses.

15victoires consécutives cet hiver

En plein cœur de l’hiver, Manchester City s’est assuré un printemps radieux. Comment ? En enchaînant 15 victoires consécutives en Premier League, de la fin de l’automne à la fin de l’hiver. Une série marquée par des succès retentissants contre Liverpool (4-1), Tottenham (3-1) ou Chelsea (2-0), et même portée à 21 succès de rang toutes compétitions confondues. C’est finalement le rival voisin, Manchester United, qui y a mis fin dans le derby, mais il était trop tard pour rattraper les Skyblues, déjà envolés au classement.

D’ailleurs, depuis cet accroc contre les Red Devils, City a vite de nouveau enclenché la marche avant avec 5 victoires sur les 7 derniers matchs, avant le dernier coup d’arrêt contre Chelsea samedi 8 mai, alors que les Citizens avaient déjà une main et demi sur le trophée de champion. A noter que City a paradoxalement plus perdu que United (5 défaites contre 4), mais s’est imposé 25 fois contre 19 pour les rivaux, ce qui explique le gouffre au classement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.