Kyril Louis-Dreyfus, nouveau propriétaire de Sunderland, suit les traces de son père

Kyril Louis-Dreyfus, fils de l'ancien propriétaire de l'OM Robert Louis-Dreyfus, est devenu à 22 ans l'actionnaire majoritaire de Sunderland, en troisième division anglais. Cette acquisition marque le retour de la famille Louis-Dreyfus dans le football, cinq ans après la revente de l'OM.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Kyril Louis-Dreyfus (à droite) dans les tribunes du Stadium of Light de Sunderland

Tel père, tel fils ? L'adage est difficilement vérifiable sans avoir connu personnellement Robert Louis-Dreyfus, et sans être un proche de son fils Kyril Louis-Dreyfus. Mais en devenant le nouveau propriétaire de Sunderland, cinq ans après la revente de l'Olympique de Marseille par sa famille, le jeune homme de 22 ans s'inscrit dans la droite ligne de son père. 

Une opération lancée fin 2020

L'affaire était réglée depuis le mois de décembre, mais la Ligue anglaise (EFL) a confirmé l'opération ce jeudi. Kyril Louis-Dreyfus a racheté la majorité des parts de Stewart Donald, l'actionnaire majoritaire des Black Cats, pour devenir propriétaire et président du club de troisième division anglaise. Stewart garde une part minoritaire dans le club, tous comme les deux autres actionnaires Charlie Methven et Juan Sartori, l'homme à l'origine de l'arrivée de Kyril Louis-Dreyfus. 

Le nom Louis-Dreyfus est associé à toute une page de l'histoire du club marseillais. En 1996, le patron d'Adidas (racheté via un montage financier avec le Crédit Lyonnais à Bernard Tapie, à l'origine d'un feuilleton judiciaire) devient l'actionnaire principal de l'OM. Le début d'une relation passionnelle entre l'homme d'affaires et le club phocéen. Le milliardaire français naturalisé suisse, met ses deniers dans l'OM, lui dont la famille a fait fortune dans le commerce maritime notamment. Il permet au club de tourner la page des années Tapie, conclues sur l'affaire de corruption VA-OM et la relégation en deuxième division, et de retrouver les premiers rôles en championnat.

Malgré ce passif familial dans le football, l'engagement de Kyril Louis-Dreyfus pourrait surprendre. Il n'a sûrement pas oublié les dernières années difficiles de sa mère Margarita Louis-Dreyfus à la tête de l'OM. Propriétaire du club après le décès de Robert Louis-Dreyfus en 2009, "MLD" a vu l'OM devenir champion de France en 2010. L'ère Vincent Labrune, son homme de confiance devenu président en 2011, est bien moins brillante. Les résultats sont décevants et les tensions avec les supporters nombreuses (une banderole "Margarita retourne à ton vrai métier : femme au foyer. Casse-toi !" est déployée au Vélodrome en avril 2016). Le club est finalement vendu à Frank McCourt en novembre 2016, marquant le départ des Louis-Dreyfus après 20 ans à la tête du club. 

Un club aux 6 titres de champion d'Angleterre, économiquement sain

Marqué par cette fin tumultueuse, Kyril Louis-Dreyfus semblait peu enclin à revenir dans le football. "À la suite de la vente de l'OM, je me suis tenu à une idée : on ne fait plus rien dans le foot, c'est un business pourri" expliquait-il à L'Equipe en 2020. Le voilà pourtant à la tête d'un club loin d'être un long fleuve tranquille. Ancien pensionnaire de Premier League, club historique avec six titres de champions d'Angleterre, Sunderland végète en troisième division. "Je suis fier de devenir le gardien de cette institution respectée, mais j'ai également conscience de la grande responsabilité qui vient avec" écrit Kyril-Louis Dreyfus dans le communiqué du club. 

François Kalfon, conseiller régional socialiste d’Île-de-France, membre du bureau national du PS et co-fondateur de Gauche Nouvelle, était l'invité de franceinfo lundi 23 avril.
 (FRANCEINFO)

Derrière ce choix, plusieurs éléments concrets. En perdition sur le plan sportif, avec deux descentes en deux ans, le club s'est restructuré sur le plan économique. Les dettes, 230 millions de livres selon le communiqué du club, ont été épongées. Kyril Louis-Dreyfus récupère un club économiquement sain, avec des structures modernes, du centre de formation aux terrains d'entrainement. Et un Stadium of Light, où près de 30 000 personnes se retrouvaient avant la crise du coronavirus, prêt à vibrer. Difficile de ne pas voir également un effet Netflix. En 2018, la plateforme américaine mettait à l'honneur le club du Tyne and Wear avec Sunderland 'Til I Die. Succès mondial, le documentaire a passionné les fans de football. Il n'a sûrement pas échappé à Kyril Louis-Dreyfus. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Premier League

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.