Ligue 1 : battu par Monaco, l'OM cale de nouveau et perd sa place de dauphin

L'OM signe son troisième match consécutif sans victoire après un revers contre Monaco (0-1), dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La frustration de Dimitri Payet lors du match entre l'Olympique de Marseille et l'AS Monaco en Ligue 1, le 6 mars 2022 au Stade Vélodrome.  (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Après les impairs contre Troyes (1-1) et Clermont (0-2), l'Olympique de Marseille n'a pas retrouvé la confiance. Pire, les Phocéens, pourtant longtemps plaisants dans le jeu, ont été battus à domicile, dimanche 6 mars, par l'AS Monaco (0-1) en clôture de la 27e journée.

Le Portugais Gelson Martins a inscrit le seul but de la rencontre pour relancer des Monégasques éliminés en demi-finale de la Coupe de France plus tôt dans la semaine, et sans victoire depuis trois matchs en championnat. Cette nouvelle série négative fait glisser l'OM au troisième rang, deux points derrière Nice, qui fait fructifier son succès samedi contre le PSG (1-0).

Jorge Sampaoli avait pourtant décidé de passer à l'offensive dimanche, avec Arkadiusz Milik et Cédric Bakambu titulaires d'entrée. Avec deux points de fixation près des buts d'Alexander Nübel, les Marseillais ont multiplié les centres (24 au total), mais sans parvenir à trouver de vraies opportunités. Matteo Guendouzi (14e), Valentin Rongier (22e) puis Dimitri Payet de loin (27e) ont bien tenté de convertir le pressing et l'activité phocéenne de la première demi-heure.

Dominer n'est pas gagner

Toutefois, les belles intentions se sont heurtées à un manque de justesse dans l'animation offensive, mal récurrent de cet OM depuis plusieurs semaines. Cette fois, l'argument du manque d'attaquants ne tient pas. Avec 54 ballons seulement, le tandem Milik-Bakambu a eu du mal à être trouvé.

Le duel entre Cédric Bakambu et Benoit Badiashile lors de Marseille - Monaco, en Ligue 1 au Stade Vélodrome, le 6 mars 2022.  (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

En alignant son binôme de pointe, Sampaoli a sacrifié la percussion de ses ailiers, qui ont cruellement manqué au retour des vestiaires. Dans le même temps, Monaco a réussi à se libérer en seconde période. Après le premier frisson et le but refusé à Jean Lucas en fin de première période pour un hors-jeu infime, les visiteurs ont poursuivi leur travail de sape pour mettre la défense phocéenne sous pression à la relance. La magie du duo Wissam Ben Yedder-Kevin Volland a fait le reste. Sur une passe magnifique de l'international français, le second a trouvé le poteau, avant que Gelson Martins ne pousse le ballon au fond (0-1, 58'), à la stupeur d'un Vélodrome brûlant jusque-là.

Marseille aura eu le ballon jusqu'au bout (67,7% de possession, deux fois plus de passes que Monaco) mais est resté désespérément stérile, quand l'arrière-garde monégasque, à l'image d'un excellent Axel Disasi, a tenu bon.

Ce succès capital replace Monaco dans la course à l'Europe après trois matchs sans victoire en championnat. La formation du Rocher est huitième, ex-aequo avec Lyon, mais surtout à trois points seulement de Strasbourg, 8e. Même le podium et leur victime du soir, six points devant, ne semblent plus être un objectif inatteignable, au grand dam de supporters marseillais furieux au coup de sifflet final.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers OM

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.