Ligue 1 : tenu en échec par Clermont à domicile, Lyon n'y arrive toujours pas

Rattrapé par Clermont dans les derniers instants, Lyon a laissé échapper sa première victoire de la saison, dimanche (3-3).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Bruno Guimaraes (OL) ici au duel avec le milieu clermontois, Johan Gastien, à l'occasion de la 3e journée de Ligue 1, dimanche 22 août. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

L'Olympique lyonnais ne respire toujours pas. Alors qu'ils menaient au score jusqu'à la 91e minute, les Lyonnais ont été finalement tenus en échec par une très séduisante équipe de Clermont (3-3), au Groupama Stadium, à l'occasion de la troisième journée de Ligue 1, dimanche 22 août. Les joueurs de Peter Bosz n'ont toujours pas réussi à décrocher de victoire cette saison, et n'ont pris que deux points sur neuf possibles. 

De son côté, le promu de Ligue 1 n'a rien lâché, faisant preuve d'une grande agressivité en attaque (17 tirs au total). Et le coaching clermontois s'est révélé gagnant : alors mené 3-1 à l'heure de jeu, Pascal Gastien a réagi. Elba Rashani a fait son entrée à la 69e à la place de Jim Allevinah. En à peine vingt minutes, l'attaquant clermontois a inscrit deux buts (80e, 90+1), permettant à son équipe d'arracher le match nul et de rester invaincu en Ligue 1.

Un OL à deux visages

L'OL a montré deux visages totalement différents dans cette rencontre. Accueillis sur la pelouse par des sifflets descendus des tribunes, ils ont très bien entamé le match, se montrant dangereux dès les premières secondes. Moussa Dembélé, de retour d'un prêt de six mois à l'Atlético de Madrid, a été percutant en attaque et a permis à Lyon de prendre les commandes en inscrivant un doublé (5e, s.p et 24e). L'avant-centre, qui n'avait plus trouvé le chemin des filets depuis le mois de novembre 2020, a enfin débloqué son compteur.

Dans le dur collectivement depuis deux rencontres, les Gones semblaient aller mieux, et l'ont prouvé sur une action de grande classe conclue par Lucas Paqueta (45e+1). Un but qui faisait suite à un double une-deux avec Bruno Guimaraes, pour creuser l'écart (3-1). Les supporters, euphoriques, n'imaginaient pas alors que la victoire puisse leur échapper.

La détermination clermontoise

Mais c'était sans compter sur la détermination clermontoise qui a semé le doute dans les têtes lyonnaises en seconde période. Car c'est une toute autre équipe rhodanienne qui s'est présentée sur le terrain au retour des vestiaires. "À la mi-temps, je leur avais dit que le match n'était pas fini. Et on l'a vu à la fin. Ce n'est pas un relâchement, on doit marquer un quatrième but. On a eu des occasions pour ça, mais on ne l'a pas fait", déplorait à la sortie Peter Bosz, l'entraîneur lyonnais, au micro d'Amazon Prime.

Malgré de nombreuses occasions, les Gones n'ont jamais réussi à fermer ce match, contrairement à leurs adversaires qui n'ont rien lâché pour revenir au score dans les arrêts de jeu. Fébriles derrière, les Lyonnais l'ont payé deux fois en dix minutes. "Nous n'avons pas bien défendu. Avec nos qualités, cela aurait dû être fini. J'ai vu des choses que l'on ne voit pas chez les U12 (moins de 12 ans). C'est un problème de confiance", a lâché sans concession l'entraineur lyonnais.

"C'était quand même bien mieux que face à Angers. Le Lyon d'aujourd'hui était différent de celui de la semaine dernière. Aujourd'hui, jusqu'au 3-2, c'était pas mal", a toutefois reconnu Peter Bosz avant de quitter la pelouse sous les huées des supporters. Toujours sevrés de victoire en trois matches, dont une défaite face à Angers, Bosz et ses joueurs devront à tout prix l'emporter le week-end prochain face à Nantes. Au risque de décrocher totalement du podium et de sombrer dans une crise profonde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers OL

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.