Cet article date de plus d'un an.

Mise en retrait de Noël Le Graët : le Comex "n'avait plus le choix, il fallait prendre une décision", réagit le président de l'association Foot ensemble

Le comité exécutif de la Fédération française de football a acté, mercredi, la mise en retrait de Noël Le Graët de ses fonctions de président.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Le président de la fédération française de football, Noël Le Graët, le le 28 juin 2021. (FRANCK FIFE / AFP)

"Ils n'avaient plus le choix, c'est la moindre des choses, il fallait prendre une décision et l'écarter", réagit mercredi 11 janvier sur franceinfo Yoann Lemaire, fondateur et président de l'association Foot ensemble après la décision du comité exécutif de la Fédération française de football (FFF) de mettre en retrait son président Noël Le Graët jusqu'au retour de l'audit d'ici la fin du mois janvier. Pour Yoann Lemaire, "cela fait longtemps que ça aurait dû être fait". Selon lui, désormais "la pression est sur le ministère des Sports" dans un contexte où "les institutions vont mal". Yoann Lemaire - satisfait par cette décision - regrette toutefois que ce soit des propos sur Zinédine Zidane qui aient déclenché tout ça et non les propos de Noël Le Graët "sur l'homophobie" par exemple.

franceinfo : Que pensez-vous de la décision du Comex de la FFF qui met en retrait de Noël Le Graët après ses propos polémiques ?

Yoann Lemaire : Ils n'avaient plus le choix. C'est la moindre des choses. Il fallait prendre une décision et l'écarter. Ça fait longtemps que ça aurait dû être fait. Déjà en 2019, il était en roue libre quand il parlait d'homophobie ou de racisme. Maintenant la pression est sur le ministère des Sports et sur la ministre. Il faut attendre les résultats de l'audit pour voir ce qu'il se passe. Malheureusement, le football français va mal. Les résultats sont là, les joueurs sont excellents, la Ligue 1 se passe bien mais les institutions vont mal.

"Il faut du changement à la tête mais aussi se poser les bonnes questions au niveau de l'institution : le Comex, ce sont ces gens-là qui ont élu Noël Le Graët il y a deux ans. Nous, en tant qu'association experte dans la lutte contre les discriminations auprès de la FFF on peut garantir qu'il y a des problèmes avec cette instance."

Yoann Lemaire, fondateur et président de l'association Foot ensemble

à franceinfo

Regrettez-vous que ce soit des propos sur Zinédine Zidane qui aient accéléré les choses ?

Complètement. On touche à Zidane et les gens subitement prennent position et hurlent mais quand il parlait de l'homophobie comme il a pu en parler, ça faisait sourire des politiques qui ont tout de même soutenu Noël Le Graët. On disait qu'il n'y avait pas de racisme dans le football. Toutes les affaires beaucoup plus graves : des accusations de violences sexuelles ou autres, ça n'a pas fait réagir - à part les journalistes - des grands noms de la politique ou des sportifs. Là, on touche à Zidane et les gens montent. J'ai presque envie de dire tant mieux parce qu'honnêtement c'est presqu'une anecdote ce qu'il a dit sur lui, c'est nul mais par rapport à tout ce qu'il a dit avant, là on a touché le fond. J'aurais aimé que des joueurs prennent aussi la parole - comme l'a fait Kylian Mbappé après les propos sur Zidane - que lui et d'autres le fassent aussi quand Noël Le Graët disait n'importe quoi sur le racisme, l'homophobie et les femmes.

Il a été dit par un membre du Comex que si l'audit était favorable, Noël Le Graët pourrait conserver son poste, ça vous paraît envisageable ?

Bien sûr que non. C'est le moment ou jamais pour changer les choses. C'est simple ce qu'ils font, ils disent qu'ils vont attendre l'enquête comme ça, s'il doit partir ce sera la faute du gouvernement. C'est un peu trop simple. Ils l'ont soutenu jusqu'à maintenant et là - parce que ça n'est plus possible - ils sont obligés de lui dire de se pousser un peu et encore, ils attendent 15 jours de plus et le rapport pour voir s'ils peuvent encore lui sauver la tête. Moi je regrette qu'on n'entende pas Laura Georges - secrétaire générale de la FFF avec qui on a déjà collaboré sur des sujets de discrimination et avec qui ça s'est très bien passé - sur cette affaire. Comme d'autres. Ça manque de courage. Je pense qu'ils n'ont plus leur place non plus. C'est mon point de vue.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.