Football : lutter contre les violences dans les stades, atteindre les demi-finales du Mondial au Qatar... Ce qu'il faut retenir de l'assemblée générale de la FFF

Plusieurs sujets étaient sur la table, samedi à Nice, lors de la réunion entre les principaux représentants du foot tricolore.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Noël Le Graët et les représentants de la Fédération française de football (FFF) lors de leur assemblée générale, le 18 juin 2022 à Nice. (NICOLAS TUCAT / AFP)

À Nice, il n'y a pas que les fortes chaleurs qui étaient attendues. Tout le gratin du football français était réuni, samedi 18 juin, dans la cité azuréenne pour l'assemblée générale de la Fédération française de football (FFF). Au menu : plusieurs heures de discussion sur l'état du foot tricolore, à quelques mois du Mondial au Qatar (21 novembre au 18 décembre), à quelques jours du début de l'Euro féminin (6 au 31 juillet en Angleterre) mais, surtout, après une saison de Ligue 1 2021-2022 qui a été le théâtre de nombreux incidents dans les tribunes.

Vincent Labrune veut "sortir les criminels des stades"

C'est d'ailleurs cette dernière thématique que le président de la Ligue de football professionnel (LFP), Vincent Labrune, a voulu porter devant les représentants de la FFF. "Il faut changer de braquet pour répondre plus fortement. On va prendre notre responsabilité, les clubs aussi doivent prendre les leurs et avoir conscience qu'ils doivent nous aider, ainsi que les pouvoirs publics" car "la Ligue n'a pas de pouvoir de police", a-t-il ajouté. 

"Cela m'insupporte d'entendre l'ANS (Association nationale des supporters) dire qu'il y a des bons et des mauvais supporters, des bons et des mauvais ultras", a-t-il poursuivi. "Les mots sont importants. Il y a des supporters et des criminels. Il faut sortir les criminels des stades." Vincent Labrune a ainsi évoqué les incidents lors du match retour du barrage d'accession entre Saint-Étienne et Auxerre au Stade Geoffroy-Guichard, où des fumigènes ont été tirés à l'horizontale vers une tribune. "J'ai été effrayé par ce qui s'est passé, a-t-il dit. C'est un miracle qu'il n'y ait pas eu de mort. Je ne veux pas connaître un décès dans un stade en tant que président."

Lors de sa conférence de presse de clôture, Noël Le Graët, le président de la FFF, est allé dans le même sens. "Nous avons des réunions régulières en commun, a indiqué l'ex-président de la LFP. On va essayer de trouver des arguments forts pour que ça ne se reproduise pas. On a tout essayé : fermer les tribunes, suspendre le club, retrait de points. Il faut encore être plus vigilant mais notre arsenal disciplinaire est suffisant."

Noël Le Graët vise les demi-finales du Mondial 

L'assemblée générale de la FFF était également l'occasion d'adopter le budget prévisionnel pour la saison prochaine, et de planifier les recettes des prochains gros événements des équipes de France, notamment l'hiver prochain au Qatar lors du Mondial. 

Ainsi, les quarts de finale ont été budgétisés pour les Bleus mais Noël Le Graët a expliqué "souhaiter que l'on soit dans les quatre" demi-finalistes. "C'est valable pour les filles (à l'Euro en juillet) comme pour les garçons", a-t-il précisé.

Le président a part ailleurs confirmé qu'il allait rencontrer le sélectionneur Didier Deschamps à Guingamp en juillet, mais pas pour évoquer une prolongation de son contrat, qui se termine à la fin de la Coupe du monde au Qatar.

Les droits d'images inchangés pour les Bleus

En parallèle, le président de la FFF a indiqué avoir rencontré Kylian Mbappé et qu'il n'y aurait "pas de changement" sur les droits d'images des joueurs de l'équipe de France avant la Coupe du monde. 

"La situation s'est apaisée", a précisé Noël Le Graët en conférence de presse. "J'ai vu Mbappé tout seul. Puis Mbappé à Clairefontaine, au sein d'un groupe avec lequel j'ai discuté. Puis après, j'ai vu tous les joueurs. La conclusion, c'est qu'il n'y a pas de changement. Jusqu'à la Coupe du monde tout au moins. Il y aura une égalité parfaite entre tous les joueurs."

L'attaquant du PSG fait partie de la délégation de Bleus qui espère voir évoluer la convention régissant l'exploitation des droits à l'image des internationaux tricolores. Les divergences entre la FFF et l'attaquant parisien et son entourage sur le sujet avaient entraîné quelques passes d'armes médiatiques depuis mars.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Noël Le Graët

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.