Cet article date de plus d'un an.

Démission de Noël Le Graët : "Je ne l'ai jamais accusé de harcèlement", réagit la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra

Noël Le Graët, qui a annoncé sa démission mardi, a déclaré qu'il allait porter plainte contre la ministre pour diffamation.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, et l'ex-président de la FFF, Noël Le Graët. (LUDOVIC MARIN / ALAIN JOCARD / AFP)

La ministre des Sports a affirmé, mercredi 1er mars sur RTL, qu'elle n'avait "jamais accusé de harcèlement" l'ex-président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët. Ce dernier, qui a annoncé sa démission mardi, a déclaré qu'il allait porter plainte contre Amélie Oudéa-Castéra pour diffamation. "Je trouve cela affligeant, je n'ai jamais insulté personne, je suis restée polie", a-t-elle répondu, rappelant qu'une enquête préliminaire avait été ouverte pour des faits de harcèlement moral et sexuel à l'encontre du président de la FFF.

"Nous avons fait un travail approfondi de quatre mois, dans le respect du contradictoire de chacune des parties, a précisé Amélie Oudéa-Castéra. Je ne laisserai pas dénigrer la qualité du travail qui a été fait." Les avocats de Noël Le Graët souhaitent contester le rapport de l'Inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche (IGESR) qui a été rendu mi-février. "C'est le procureur qui a décidé souverainement d'ouvrir une enquête pour des faits de harcèlement moral et sexuel" sur la base de ce rapport d'inspection, a rappelé la ministre.

"La mission [d'inspection] évoque des propos et des SMS émanant bien de Noël Le Graët, ambigus pour certains, et à caractère clairement sexuel pour d'autres, a-t-elle insisté. Je ne l'ai jamais traité de harceleur." "Cette stratégie de défense ne dupe pas grand monde", a-t-elle ajouté, alors que le président de la FFF se dit victime d'une "cabale politico-médiatique bien organisée".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.