Cet article date de plus de deux ans.

Affaire Neymar : le Brésilien entendu par la police

Neymar s'est rendu jeudi dans un Commissariat de police de Sao Paulo pour y faire une déposition et répondre des accusations de viol de la Brésilienne Najila Trindade, a constaté l'AFP.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (ARI FERREIRA / AFP)

Neymar doit livrer sa version des faits dans l'affaire qui l'oppose à Najila Trindade, la mannequin de 26 ans qui l'accuse de l'avoir violée dans un hôtel à Paris mi-mai. Cette dernière avait été entendue à Sao Paulo le 7 juin. Elle était sortie du commissariat après six heures de déposition.

Plainte de la police... contre la plaignante

Le joueur, lui, avait été entendu une première fois par la police début juin à Rio. Il s'était présenté dans un commissariat de Répression des crimes informatiques, pour avoir diffusé ses échanges avec son accusatrice sur Instagram, dans sa vidéo de défense. 

Par ailleurs, la police brésilienne a annoncé plus tôt jeudi avoir déposé une plainte pour diffamation contre Najila Trinidade après que le mannequin a insinué que les forces de l'ordre étaient corrompues. C'est ce que la jeune femme a laissé entendre lors d'une interview à la chaîne SBT, lors de laquelle elle évoquait le vol présumé d'une tablette sur laquelle elle aurait enregistré une vidéo de sa rencontre avec l'attaquant vedette à la mi-mai à Paris.

La valse des avocats

Lundi, la jeune femme avait été lâchée par un troisième avocat, Danilo Garcia de Andrade, après les déclarations de sa cliente supposant qu'il serait impliqué dans le vol présumé de la tablette. Un premier cabinet d'avocats s'était auparavant retiré du dossier au moment du dépôt de plainte en raison de contradictions dans les déclarations de la plaignante. Une deuxième avocate avait ensuite accompagné celle-ci pour formaliser l'accusation, avant que Danilo Garcia de Andrade ne prenne finalement sa défense.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Neymar

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.