A Naples, les supporters pleurent Maradona : "Ciao, dieu du foot"

L'Argentin a joué pendant sept ans à Naples et il reste une idole dans la ville italienne. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un supporter à Naples en pleurs après la mort de Maradona.  (CARLO HERMANN / AFP)

Dans le cœur battant de Naples, le quartier espagnol, le mur de Maradona se dresse, un portrait immense avec son numéro 10 et sa chevelure bouclée. Devant cette peinture, ils sont venus par centaines, mercredi 25 novembre au soir, pour adorer leur dieu, Diego Armando Maradona, mort quelques heures plus tôt à l'âge de 60 ans.  

Sasa, 44 ans, le maillot de son héros sur le dos, nous lit la plaque qu'il vient d'installer devant le petit oratoire dédié à Maradona. "25 novembre 2020. Diego Armando Maradona est parti, Naples pleure. Ciao, dieu du foot. Maintenant, tu es un dieu. Un vrai dieu." A Naples, Maradona est toujours adulé après y avoir joué de 1984 à 1991. Deux titres de champion d'Italie et une revanche du Sud, méprisé. Sasa a vu Maradona pour la première fois à 8 ans. C'est l'âge de son neveu Cristian, tout ému lui aussi. "Mon oncle a pleuré parce que Maradona, c'est un Dieu", dit Cristian. Pour Sasa, c'est comme si un membre de sa famille disparaissait, "c'est très étrange à expliquer", dit-il.

"À Naples, il y a San Gennaro, le Vésuve et Maradona"

Maradona, c'est une affaire de famille pour tous les Napolitains qui s'identifient à lui. Même Manuela, 28 ans seulement. "Je suis née avec Diego dans les veines. Mon père était le chef des Ultras du virage du Napoli, à l'époque de Maradona. Pour Naples, Diego, est le roi. Tu sais ce qu'on dit : ici à Naples, il y a San Gennaro, le Vésuve et Maradona". San Gennaro, le saint patron de la ville, est presque moins important que "Diego", comme l'appellent beaucoup d'habitants de Naples.

Gianvalerio a 56 ans et il a vécu toutes les années napolitaines de celui qui avait aussi une face plus sombre, ses liens avec la mafia. "Ils l'invitaient pour les fêtes des enfants, les baptêmes... Et Diego n'a jamais dit non parce que cela changeait quoi, qu'il y aille ? Il y allait et basta !"

C'est sûr qu'il a participé à toutes les fêtes de la Camorra napolitaine de l'époque, mais c'est le même Diego qui allait jouer un match pour un enfant malade du cœur. Il nous a tellement donné sans jamais rien demander. Il n'aurait pas dû naître argentin. Il aurait dû naître à Naples." [00:01:50][22.1]

"Ils l'invitaient pour les fêtes des enfants, les baptêmes... Et Diego n'a jamais dit non, il y allait, et basta", explique-t-il. 

C'est sûr que Maradona a participé à toutes les fêtes de la Camorra napolitaine de l'époque. Mais c'est le même Diego qui allait jouer un match pour un enfant malade du cœur.

Gianvalerio, un supporter de Naples

à franceinfo

La gratitude de Gianvalerio est immense. "Il nous a tellement donné sans jamais rien demander. Il n'aurait pas dû naître argentin. Il aurait dû naître à Naples." Pour tous ces Napolitains, une certitude : le stade San Paolo portera bientôt le nom de Diego Armando Maradona. Et c'est ce que le maire de la ville a proposé, jeudi matin. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.