Affaire Pape Gueye : pourquoi l’OM est interdit de recrutement

La FIFA a sanctionné l'Olympique de Marseille d’une interdiction de recrutement pour les deux prochains mercatos.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Pape Gueye le 16 septembre 2021 sur la pelouse du Lokomotiv Moscou.  (MIKE KIREEV / NURPHOTO / AFP)

Un transfert gratuit qui pourrait finalement coûter très cher à l’OM. À l’été 2020, le milieu de terrain Pape Gueye signe libre à l’Olympique de Marseille, en provenance du Havre. Sauf qu’entre temps, le joueur s’était engagé avec l’écurie anglaise de Watford, avant de se rétracter. Lésé, le club anglais a déposé un recours devant la chambre de résolution des litiges de la FIFA en février 2021. Après plusieurs mois d’enquête, l’instance internationale a sanctionné Pape Gueye et l’OM.

Une lourde suspension pour Pape Gueye

Actuellement au Cameroun pour y disputer la CAN avec le Sénégal, le milieu de terrain de 22 ans y a appris sa suspension à quelques heures du match contre la Guinée, comme l’a révélé son sélectionneur Aliou Cissé : "Cinq minutes avant, nous avons été avertis que la FIFA l'a suspendu pour une affaire de transfert entre son club Marseille et Watford. Son avocat nous a informé ce matin vers 11 heures, mais juste avant le coup d'envoi, nous avons eu la confirmation. C'est pour cela que nous l'avons enlevé sur la feuille de match". La suspension du milieu est de 4 mois selon les informations de l’Équipe, et s’accompagnerait d’une indemnité de 2,5 millions d’euros à verser à Watford pour l’OM.

De son côté, outre l’amende à verser, l’Olympique de Marseille est interdit de recrutement pour un an, soit pour les deux prochains mercatos, à savoir celui de l’été 2022 et de janvier 2023. Un coup dur pour le président marseillais Pablo Longoria, qui paye les pots cassés d’une décision qu’il n’avait pas contribué à prendre, puisqu’il n’était pas encore au club au moment des faits. Le club a annoncé sa volonté de faire appel de la décision devant le tribunal arbitral du sport (TAS), un appel suspensif dont le verdict devrait tomber dans 3 à 6 mois. À noter que Watford a également fait appel, le club anglais espérant une indemnité de 10 Millions d’euros.

Une affaire qui a déjà deux ans

Si Pape Gueye a posé ses valises à Marseille le 1er juillet 2020, l’affaire remonte en vérité à janvier 2020. À six mois de la fin de son contrat au Havre, le milieu de terrain est libre de s’engager où bon lui semble à compter de l’été. Le joueur s’entend avec Watford et signe un précontrat de cinq ans en Angleterre. Sauf qu’en début d’année 2020, Pape Gueye s’entoure d’un nouvel agent qui relève plusieurs irrégularités dans le précontrat signé (et notamment la possibilité de voir le joueur envoyé à l’Udinese, également propriété de la famille Pozzo qui détient Watford). Refroidi, Gueye se rétracte et des clubs français se positionnent.

Convaincu d’être dans son droit, l’Olympique de Marseille s’engouffre dans la brèche et attire le joueur. Les dirigeants de l’époque assurent que le club ne risque rien, bien que Watford crie déjà au scandale. L’axe de la défense du nouvel agent de Gueye : des visites médicales passées par son joueur en juin 2019 avec Watford, alors qu’il était encore sous contrat au Havre.

De quoi justifier l’annulation du précontrat. Et donc signer à l’OM, où le transfert est validé. Depuis, Pape Gueye a disputé plus de 60 matchs avec les Phocéens. Car le temps de réunir témoignages et preuves, Watford n’a déposé son recours devant la FIFA qu’en février 2021, avant une investigation achevée à l’automne. D’où ces sanctions près de 20 mois après les faits.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mercato

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.