Foot : ces joueurs emblématiques devenus entraîneurs de leurs clubs de cœur

Après le licenciement d'Ole Gunnar Solskjær au poste d'entraîneur de Manchester United, retour sur les destins d'autres anciens joueurs emblématiques, devenus coach dans leur club. Avec plus ou moins de réussite.

Article rédigé par
Louise Le Borgne - franceinfo: sport - Louise Gerber
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 6 min.
Franck Lampard, Ole Gunnar Solskjaer et Zinedine Zidane ont connu des fortunes diverses pour leurs retours dans leurs clubs de toujours.  (AFP)

Passer du terrain à la direction du banc de son club de coeur n'est pas toujours chose évidente, comme l'atteste le parcours d'Ole Gunnar Solskjær avec les Red Devils. Légende mancunienne à la fin des années 1990, le technicien norvégien n'a toutefois pas brillé à la tête du banc de Manchester United - jusqu'à son limogeage dimanche 21 novembre après une nouvelle déroute face à Watford (1-4), la veille. Tour d'horizon des grandes figures européennes ayant pris les commandes de leurs clubs de cœur, avec plus ou moins de succès.

Ceux qui ont réussi : Guardiola, Zidane et Enrique

Auréolé de succès en tant que joueur entre 2001 et 2006 (buteur à 46 reprises en 202 matchs et notamment vainqueur de la Ligue des champions en 2002), Zinédine Zidane a également brillé en tant que coach. Il a réussi à monter les échelons au club une fois sa retraite sportive prise, jusqu'à prendre les rênes de l'équipe première en janvier 2016.

L'ancien international français a ainsi continué d'écrire l'histoire en tant qu'entraîneur à la tête des Madrilènes, devenant notamment le premier entraîneur à remporter trois fois de suite la Ligue des champions (de 2016 à 2018). Après un premier passage prolifique dans la maison madrilène (neuf trophées raflés en deux ans et demi), le Français s'est un temps écarté des Merengues avant d'être rappelé neuf mois plus tard, au printemps 2019, pour remplacer Santiago Solari - avec un bilan plus terne cette fois-ci. Échouant à conserver le titre de champion en Liga à la fin de la saison 2020-2021, le Français mit définitivement un terme à son idylle avec le Real.

Zinedine Zidane s'est un temps écarté des Merengues avant d'être rappelé neuf mois plus tard, au printemps 2019, pour remplacer Santiago Solari. (JAVIER SORIANO / AFP)

Formé à Barcelone, Blaugrana pendant 10 saisons de 1990 à 2001, Guardiola fut la pièce maîtresse de la "Dream Team" de Johan Cruyff. Avec cette dernière, il remporta la première Coupe d'Europe du club en 1992 et quatre titres de championnat d'Espagne entre 1991 à 1994 avant d'endosser le brassard de capitaine, à partir de 1997, jusqu'à son départ du club en 2001. Véritable meneur en Catalogne, le technicien marqua son club par sa vision du jeu et ses qualités techniques. 

Emblème de son club sur les pelouses, il se reconvertit comme coach en 2008 et ne tarda pas à faire des étincelles à la tête du banc barcelonais - avec, sous ses ordres, Lionel Messi, Xavi ou encore Iniesta. Double vainqueur de la Ligue des champions (2009 et 2011), triple champion d'Espagne, entre 2009 et 2011, et double vainqueur de la Coupe d'Espagne (2009 et 2012), il devint l'entraîneur le plus titré de l'histoire des Blaugranas, avec 14 trophées accumulés en quatre ans. En 2012, l'ancien international de la Roja quitta le FC Barcelone pour rejoindre le Bayern Munich.

Après quatre saisons au Real Madrid entre 1991 et 1996, c'est finalement chez l'ennemi juré des Merengues, le FC Barcelone, que Luis Enrique s'épanouit le plus (de 1996 à 2004). Quelques années après sa retraite sportive, à l'âge de 34 ans, Lucho prit la tête du club catalan. Arrivé en mai 2014, l’ancien capitaine du Barça contribua à garnir la collection de trophées du club, en remportant neuf titres en trois saisons, et devint le troisième meilleur coach de l'histoire du club, derrière Guardiola et Cruyff. 

Sous la houlette de Luis Enrique, le Barça a également réalisé sa meilleure série d'invincibilité en remportant 39 matchs consécutifs sans défaite en 2015 (toutes compétitions confondues). Un record toujours d'actualité. Malgré un bilan positif, le technicien quitta la direction du banc barcelonais au printemps 2017, alors que le club était encore engagé dans trois compétitions.

Les mi-figues, mi-raisins : Lampard, Solskjaer et Gattuso

C'est l'un des meilleurs milieux de terrain de sa génération, le meilleur buteur de l'histoire des Blues mais aussi le détenteur du pire bilan des entraîneurs de l'ère Roman Abramovitch (1,67 point par match). Lampard collectionne les superlatifs. Pour son retour en ligue des champions, Chelsea misa sur l'expérience de son ancien joueur, sacré champion en 2012 avec les Blues et triple champion d'Angleterre en 2005, 2006, 2010, pour porter ses joueurs. Mais la saison suivante, fut loin de sattentes. Avec une équipe à neuf points du podium, l'entraîneur des Blues fut limogé dès janvier 2021, à peine deux ans après sa prise de fonction. 

Pas renégats, les supporters du groupe We Are The Shed se cotisèrent pour afficher une grande banderole « En Franck nous croyons. Avant. Maintenant. Pour toujours » sur son dernier match. L'épilogue d'une histoire en clair-obscur.

Pendant le match Chelsea-Wolverhampton, le 27 janvier 2021, une bannière "Super Frank Lampard" a été déployée pour remercier l'entraineur de Chelsea. (RICHARD HEATHCOTE / POOL)

Nul ne remettra en cause l'acharnement défensif de "Ringhio" ("rugissement" en français) sous les couleurs milanaises. Mais ses directives rugueuses depuis le banc des entraîneurs n'auront pas suffi pour hisser son équipe en Ligue des champions. Sur le pré, Gattuso passait déjà un peu pour un sauvage. Entre 1992 et 2012, il devint le chouchou de San Siro avec son jeu rugueux et ses cheveux long qui coiffaient une barbe de trois jours. Finaliste de Ligue des champions en 2004, Gattuso fut de tous les matchs, ou presque.

Avec quelques expériences d'entraineur à son actif, Ringhio fut appelé par son club de coeur en 2017. S'il tenta d'inculquer, à sa façon, des valeurs guerrières à ses joueurs, la première saison fut très moyenne et Milan termina sixième de série A. La seconde année fut plus convaincante mais, désillusionné par la cinquième place des Rossoneri, Gattuso décida de quitter de son propre chef ses fonctions.

Joueur emblématique des Red Devils de 1996 à 2007, Ole Gunnar Solskjaer avait pris la suite de Jose Mourinho à la tête de Manchester United en décembre 2018, avec pour mission de remettre le club sur la voie du succès. S'il a en partie réussi sa mission, avec une finale de Ligue Europa et une deuxième place en championnat la saison dernière, le Danois n'a pas résisté à plusieurs résultats affligeants cette saison, malgré les recrutements de Cristiano Ronaldo, Jadon Sancho ou encore Raphaël Varane, qui auraient dû permettre à United de viser plus haut. 

Après avoir disputé 366 matchs sous le maillot des Red Devils, Solskjaer a dirigé 168 rencontres pour 54% de victoires. Michael Carrick, ancien capitaine de Manchester United, va lui succéder sur le banc : "Je l'aime beaucoup, il est top, tout ira bien et je les supporterai", a assuré Ole Gunnar Solskjaer, très ému, dans une vidéo diffusée par le club. 

Ceux qui ont loupé le coche : Henry et Pirlo

Si la réussite de Thierry Henry a été retentissante sur les terrains avec l'ASM, sa carrière de coach de l'équipe première aura été cauchemardesque. Arrivé en mission sauvetage en 2018 après le limogeage de Leonardo Jardim, l'ancien Tricolore fut démis de ses fonctions à peine trois mois après son arrivée, tant son bilan était catastrophique : 11 défaites en 20 rencontres pour seulement 2 victoires, toutes compétitions confondues. Il quitta l'ASM à la 19e place du classement, incapable de trouver une équipe-type et un schéma de jeu précis.

Milieu de terrain brillant sur le pré avec la Juve, avec qui il rapporta quatre titres de champion et une Coupe d'Italie, Andrea Pirlo se retrouva catapulté en 2020 à la tête de l'équipe, sans aucune expérience d'entraineur.

Au terme d'une saison décevante, Turin laissa échapper son titre de champion d'Italie et fut éliminé dès les huitièmes de finale en Ligue des champions. Pirlo fut donc remercié au bout de sa première saison. Un revers cuisant pour la légende du club, remarqué pour la qualité de ses placements et de ses passes à Turin entre 2011 et 2015. Pirlo remporta tout de même la Coupe d'Italie en 2021 et la Supercoupe en 2020 avec "la Vieille dame", mais le butin était trop maigre pour rester à la tête des Bianconeri. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Manchester United

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.