Cet article date de plus d'un an.

L'Argentine s'impose petitement face au Brésil grâce à Lionel Messi

L'Argentine s'est imposée face au Brésil (1-0) lors d'un match amical en Arabie Saoudite. Dans un match très pauvre en occasions, les Argentins s'en sont sortis grâce à un pénalty de Lionel Messi. Les Brésiliens n'ont plus connu le succès depuis cinq matches.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Ce 111e affrontement entre le Brésil et l'Argentine ne restera pas dans l'histoire. Ou si ce n'est par la pelouse qui a accueilli ce classique du football mondial, celle du stade universitaire King Saud de Riyad (Arabie Saoudite). Une nouvelle destination exotique pour la Seleçao qui n'a pas davantage réussi aux joueurs de Tite après deux matches nuls à Singapour contre le Sénégal (1-1) et le Nigéria (1-1). L'Albiceleste, elle, est restée discrète, ne faisant la différence que sur un penalty de Lionel Messi (15e).

Jesus manque son penalty

Mais à l'image du match, même la Pulga a eu du mal à battre Alisson Becker, s'y prenant à deux reprises pour convertir son duel face au portier de Liverpool, généreusement offert. Surtout, le capitaine argentin s'est montré plus en confiance et efficace que Gabriel Jesus, dont le plat du pied a fui le cadre sur sa tentative quelques instants auparavant (10e). 

Pour le reste, un match sans grandes occasions, hormis une frappe lointaine de Messi détournée par Alisson (66e), ce dernier se montrant également décisif sur une tête de Nicolas Gonzalez (75e). De son côté, Lautaro Martinez aurait pu égaliser pour le Brésil mais sa reprise s'est envolée, alors que l'attaquant était seul dans la surface (82e).

Avec cette défaite, les Brésiliens enchaînent un cinquième match sans succès (2 défaites, 3 nuls), eux qui n'ont plus connu la victoire depuis leur sacre en finale de la Copa America, alors que les Argentins enchaînent une deuxième victoire consécutive, après l'Equateur (6-1).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Lionel Messi

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.