Ligue 1 : Lille champion de France, l'avènement de Christophe Galtier

À 54 ans, Christophe Galtier vient de décrocher son premier titre de champion de France en tant qu’entraîneur avec Lille. Une récompense méritée pour un technicien salué par ses pairs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Christophe Galtier lors du match du LOSC face à l'Olympique lyonnais, le 25 avril 2021.  (JEAN CATUFFE / AFP)

Dix ans après son doublé historique Coupe-championnat de 2011, le LOSC est de nouveau au sommet du football tricolore avec son quatrième titre de champion de France décroché juste devant le PSG, dimanche 23 mai, grâce à une victoire contre Angers (1-2). Si en 2011, le couronnement lillois était celui de la pépite belge Eden Hazard, dix ans plus tard, il s'agit surtout de l'avènement d'un entraîneur : Christophe Galtier.

À 54 ans, le technicien est récompensé de ses longues années de labeur. Tout sauf une surprise pour ses deux homologues Éric Roy, avec qui il a joué à l'OM, et l'ex-coach du voisin amiénois, Luka Elsner, inspiré par son travail.

Modernité et pragmatisme

Jusqu'ici, l'armoire à trophées de Christophe Galtier l'entraîneur ne comptait qu'une Coupe de la Ligue remportée en 2013 avec l'AS Saint-Étienne, mettant fin à une interminable disette pour les Verts. Arrivé à Lille fin décembre 2017, le technicien s'était d'abord attelé à sauver un club laissé exsangue par Marcelo Bielsa, avant de monter en puissance. Deuxième en 2018-2019, quatrième en 2019-2020, le LOSC suit une progression linéaire depuis que celui qui a déjà été nommé meilleur entraîneur de Ligue 1 pour la troisième fois ce dimanche (après 2013 et 2019) en a pris les commandes.

"Il y a peu d'entraîneurs en exercice dont je suis fan, dont je m'inspire, mais c'est le cas de Christophe Galtier et de Julian Nagelsmann."

Luka Elsner

à franceinfo

Sur le banc de Courtrai depuis fin janvier, le technicien slovène (qui a affronté plusieurs fois Galtier quand il officiait à Amiens) garde un œil attentif sur le voisin lillois : "La manière de travailler et l'ambiance dans laquelle il place la relation avec ses joueurs est en phase avec la nouvelle génération. Il peut être à la fois paternaliste, copain, mais en même temps être capable d'être directif et de jouer les deux rôles". Il n'y a pas qu'avec les joueurs que Galtier est à l'aise, et rafraîchissant, à l'image de ses prises de paroles rarement aussi policées que celles de certains confrères.

"C'est une super personne, un type génial sur et en dehors du terrain, un homme très chic, très authentique, très relax avec un ego très bien géré. On sent qu'il est toujours à la bonne hauteur des événements, toujours connecté à la réalité des choses", analyse Elsner, qui précise toutefois : "Ça reste un gagnant, iI fera tout ce qu'il faut pour que l'équipe puisse gagner et que les événements aillent en sa faveur".

En dehors de qualités humaines saluées par tous, Christophe Galtier est surtout un technicien complet, qui a réussi à faire de son LOSC une machine à gagner, peu importe les situations : "C'est un entraîneur moderne aujourd'hui avec une grande capacité d'adaptation. Aujourd'hui tu es obligé sans cesse de te renouveler, d'adapter ton discours et tes méthodes d'entraînement", salue Éric Roy.

Son ex-coéquipier à l'OM rappelle à juste titre qu'à Lille, Galtier a dû composer avec un staff étranger déjà en place à son arrivée. "Et du jour au lendemain ils sont partis pour Tottenham en cours de saison dernière. Mais Christophe s'était réadapté". Un art du rebond notamment cultivé lors de son long apprentissage en tant qu'adjoint, de Marseille à Lyon, en passant par Bastia ou les Émirats Arabes Unis.

Un avenir loin du LOSC ?

C'est sans doute dans ce parcours que Christophe Galtier puise les inspirations qui ont fait de son équipe un cador de Ligue 1. "Ce que j'aime beaucoup dans ce LOSC, c'est que Lille maîtrise toutes les phases du jeu. On les sent performants balle au pied, dans le pressing, c'est une des meilleures équipes d'Europe sur les phases de transition, ils sont aussi forts sur coup de pied arrêtés. Ils savent également tenir les matchs quand c'est difficile. Tout ça résulte d'un gros travail de fond, c'est tout sauf un hasard. Et en bonus : le LOSC propose un football agréable", dépeint Elsner, élogieux. Mais difficile de donner tort à l'ancien entraîneur amiénois (2019-2020).

Grâce au jeu léché et varié de son LOSC version 2021, Galtier a définitivement chassé l'étiquette qu'on lui avait accolée quand il dirigeait Saint-Étienne (2009-2017) : celle d'un entraîneur défensif. "S'il a des joueurs avec du talent offensif comme il a à Lille, il va forcément être un entraîneur plus offensif. Quand il avait moins de qualités offensives à Saint-Étienne, il avait réussi à avoir des résultats malgré tout, avec leurs moyens à l'époque, en ayant une animation moins offensive que ce qu'il a à Lille. Et plutôt défensive. On le taxait à ce moment-là, il s'en défendait. La force d'un entraîneur est d'être capable d'exploiter la quintessence de son effectif", résume Éric Roy.

Auréolé de son premier titre de champion de France, Christophe Galtier a-t-il des défauts ? Certainement. Mais Luka Elsner n'en voit pas. "C'est compliqué d'en trouver honnêtement".

"Galtier excelle dans la gestion de l'effectif, les rotations. J'ai du mal à lui trouver des défauts, je suis peut-être un peu trop fan de ce qu'il fait. Il est très efficace et on sent sa passion sincère pour le football."

Luka Elsner

à franceinfo

Ajoutez à cela un effectif pléthorique, taillé par le roi des recruteurs Luis Campos, et vous obtenez ce LOSC champion 2021. Même si Éric Roy nuance : "Sur le papier, la meilleure équipe, c'est le PSG. Mais ce qui est important c'est le terrain. Et sur le terrain, la meilleure équipe c'est Lille. Pour être champion, il faut avoir de bons joueurs et un entraîneur qui fait tourner la machine".

Bourreau de travail, Christophe Galtier est donc récompensé. Et son chef d'œuvre lillois pourrait lui donner des envies d'ailleurs. En tout cas, l'ancien stéphanois est courtisé par plusieurs clubs français (Lyon, Nice) et européens (Naples, Leicester). La question de son avenir se pose donc, et forcément celle de ses limites. "Je n'en vois pas", coupe Elsner, qui poursuit : "Galtier n'a pas de plafond de verre, on sent qu'il peut gérer des stars. Quand on arrive à ce niveau où l'air se fait rare, l'important c'est de choisir le bon projet qui correspond à la manière dont on travaille". Mais après quatre ans dans le Nord, Christophe Galtier pourrait bien changer d'air après avoir emmené le LOSC au septième ciel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Lille OSC

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.