Ligue 1 : le Losc, emmené par Burak Yilmaz, se donne de l’air

L’attaquant turc du club lillois a délivré deux passes décisives face à Reims, mercredi 22 septembre. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Burak Yilmaz et le LOSC s'imposent face à Reims. (DENIS CHARLET / AFP)

Il a 36 ans mais l’âge n’a pas d’effet sur ses performances. "On dirait qu'il a 25 ans", s'amusait même Jocelyn Gourvennec à l'issue de la rencontre face à Wolfsburg en Ligue des Champions. Pour la victoire du Losc face à Reims (2-1), mercredi 22 septembre, Burak Yilmaz a disputé son quatrième match en douze jours, pendant 90 minutes à chaque fois. 

Omniprésent, il a redonné des couleurs à des Lillois qui n’avaient remporté qu’un seul match depuis le début de la saison. Leurs supporters les avaient même accueillis de façon glaciale avec des banderoles appelant au réveil. Et même s’il a buté sur Predrag Rajkovic pour sa première occasion au bout de vingt secondes de jeu, le Turc, double passeur décisif pour Jonathan David puis Benjamin André, a montré l’exemple à ses coéquipiers en affichant un état d’esprit conquérant et en demandant constamment le ballon.

Les Dogues ont tout de même connu une petite frayeur quand, à la douzième minute, leur attaquant turc est resté au sol, se plaignant de la cheville, mais sans gravité. À l’heure de jeu, servi par la recrue Amadou Onana, Yilmaz a trouvé Jonathan David au second poteau sur un ballon piqué. Le Canadien a ouvert le score de la tête. Toujours dans les bons coups, le Turc a également tiré les coups de pieds arrêtés de son équipe, fait inhabituel, et a délivré une nouvelle offrande à Benjamin André pour faire le break juste avant la mi-temps. 

Une deuxième période moins bien maîtrisée

Réveillés notamment par l’entrée du jeune Ilan Kebbal, les Rémois ont affiché un meilleur visage en deuxième période et ont été récompensés en obtenant un penalty, transformé par Alexis Flips, formé au LOSC. Après cette réduction du score, les Lillois ont connu une nouvelle déconvenue avec la blessure d'Amadou Onana, qui avait délivré jusque là une excellente prestation pour sa première titularisation. Précieux à la récupération et dans la projection, le capitaine des Espoirs belges s'est blessé au genou droit en retombant mal d'un duel aérien. En attaque, les Lillois ne se sont plus procurés énormément d'occasions, avec un Burak Yilmaz un peu à bout de souffle. 

Avec cette victoire les Dogues permettent à leur coach de souffler un peu, alors que son bilan à Lille était jusque là très décevant. Le cri de joie de Jocelyn Gourvennec au coup de sifflet final témoigne de ce soulagement d’avoir retrouvé une efficacité offensive. Pour la suite, les Dogues pourront s’appuyer sur le contenu de leur première période, mais moins sur la seconde mi-temps, où ils ont davantage subi les assauts rémois. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Lille OSC

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.