Équipe de France : derrière les blessés, un vivier qui permet de se refaire une santé

Privé d'une douzaine de joueurs blessés, Didier Deschamps a pu compter sur des retours et l'arrivée de nouveaux très à l’aise lors de la victoire contre l’Autriche (2-0), jeudi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Benoît Badiashile lors de sa première sélection avec l'équipe de France contre l'Autriche, le 22 septembre 2022.  (FRANCK FIFE / AFP)

Dans le rond central de la pelouse du Stade de France, au coup de sifflet final de la victoire de la France contre l’Autriche (2-0), Randal Kolo Muani est tout sourire. L’attaquant français de 23 ans n’a pas touché le moindre ballon après son entrée en jeu dans le temps additionnel, mais il a connu sa première sélection avec les Bleus. Comme lui, plusieurs joueurs ont profité du contexte actuel pour découvrir ou retrouver l’équipe de France, jeudi 22 septembre, contre l’Autriche.

Tous, de Benoît Badiashile à Kolo Muani en passant par Youssouf Fofana, savent qu'ils doivent en partie leur place à la cascade de blessures dans les rangs tricolores : Hugo Lloris, Lucas et Théo Hernandez, Presnel Kimpembe, Ibrahima Konaté, Lucas Digne, Adrien Rabiot, Paul Pogba, N’Golo Kanté, Boubacar Kamara, Kingsley Coman, Karim Benzema.

Des blessés auxquels se rajoutent désormais Mike Maignan et Jules Koundé, sortis en cours de match hier et indisponibles dimanche prochain contre le Danemark. Mais la force des Bleus est de pouvoir se retourner dans pareille situation, en profitant de son vivier exceptionnel.

Des jeunes et des revenants

Jeudi, les hommes forts contre l’Autriche ont surtout été les nouveaux. Avoir des jeunes, c'est bien, mais qu'ils soient capables d'évoluer immédiatement à haut niveau, c'est mieux. Ce fut le cas en mars et juin avec Mattéo Guendouzi, Christopher Nkunku ou Jonathan Clauss, et jeudi avec de très bons Benoît Badiashile et Youssouf Fofana. "Ils dégagent beaucoup de sérénité, de confiance. Certains ont vécu des débuts plus compliqués pour leur première sélection", se félicitait d'ailleurs Didier Deschamps après la rencontre.

Si Badiashile sait qu’à son poste l’avenir immédiat est bouché avec Lucas Hernandez et Presnel Kimpembe, Fofana peut en revanche espérer se glisser dans la liste pour la Coupe du monde, son profil étant complémentaire avec celui d'Aurélien Tchouameni. Ce dernier est l'exemple parfait des néo-internationaux qui ont su saisir leur chance depuis un an, après l'Euro 2021. Face à leur manque d’expérience au très haut niveau, Deschamps n'hésite pas à les titulariser. "Pour qu’ils puissent avoir de l’expérience, il faut les mettre sur le terrain. Si ça se passe mal, c’est pour moi. Il y a le potentiel et quand ils sont bien épaulés par les anciens, ça peut marcher", a admis le sélectionneur.

En plus des jeunes, l'équipe de France possède aussi des revenants. Olivier Giroud, de retour pour la première fois chez les Bleus depuis mars, passeur puis buteur contre l'Autriche, a convaincu. "Qu’il continue d’être performant", a lancé Deschamps, conscient de l’ovation du Stade de France à la sortie de l’attaquant de l’AC Milan, mais qui ne laisse aucun indice sur la présence ou non de celui-ci dans la liste pour le Mondial.

De nombreuses options 

Parmi les autres revenants, Ferland Mendy a semblé un cran en-dessous. À la fin du match, Didier Deschamps a pris quelques secondes pour parler tactique avec lui, alors que les coéquipiers du latéral saluaient le public. "Kylian est souvent venu se positionner devant Ferland dans le couloir gauche", a précisé Deschamps pour expliquer le peu d’apport offensif de Mendy.

Youssouf Fofana lors du match de Ligue des nations entre la France et l'Autriche au stade de France, le 22 septembre.  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

En dépit de ce match discret, ce dernier aura l’occasion de se rattraper contre le Danemark, afin de tenter d’aller chercher un ticket pour Doha en novembre, au détriment de Lucas Digne. La question se posera également pour Ousmane Dembélé, absent des listes des Bleus depuis l’Euro 2021, et qui n’a joué qu’une dizaine de minutes jeudi soir. En grande forme avec le FC Barcelone en ce début de saison, l’attaquant aux 28 sélections est un candidat naturel à la Coupe du monde.

Et encore, Didier Deschamps n'a pas fait appel à Mattéo Guendouzi, Jordan Veretout, Dayot Upamecano ou Eduardo Camavinga... restés sur le banc. Autant d'options disponibles pour un Deschamps qui ne sait certainement plus où donner de la tête. Des problèmes de riche, que certains sélectionneurs rêveraient d'avoir.

C'est d'ailleurs le cas de Ralf Rangnick, le technicien autrichien, qui ne disait pas autre chose jeudi soir en conférence de presse : "[Ce résultat] n'est pas une si grande surprise quand on voit l'équipe de France alignée aujourd'hui. On me demandait si leurs absents étaient un avantage... Quand on voit leur réserve... Tout le monde dans le onze français serait titulaire dans notre équipe". Mais tout le monde ne le sera pas chez les Bleus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des nations

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.