PSG-Manchester City : brillant puis défaillant... Le match déroutant des milieux de terrain parisiens

L'entrejeu parisien a brillé en première période face aux Citizens, mercredi soir. Avant de totalement s'écrouler après l'heure de jeu.

Article rédigé par
Coralie Salle - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Paredes au duel avec Mahrez. (JEAN CATUFFE / JEAN CATUFFE)

Ils avaient fait le plus dur. Mais ils ont failli. Contre Manchester City, le milieu de terrain du PSG a livré une prestation aux deux visages mercredi 28 avril lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions (1-2). Après une première période de très haut niveau, Marco Verratti, Idrissa Gueye et Leandro Paredes ont disparu dans le deuxième acte, à l'image de toute l'équipe parisienne.

Paredes, Gueye : de héros à zéro

Leur première période était un modèle du genre : sérieuse et appliquée. Idrissa Gueye et Leandro Paredes avaient totalement étouffé le milieu de terrain de Manchester City. Une activité qui s'est traduite dans les chiffres, l'Argentin ayant été le joueur parisien qui avait réussi le plus de tacles (3), devant son compère sénégalais (2).

Grâce au travail de l'ombre des deux harceleurs du club de la capitale, les hommes de Pep Guardiola n'ont pas existé offensivement pendant quarante-cinq minutes, et n'ont cadré que deux tirs en première période. Paredes a même été déterminant dans la surface de Keylor Navas, à l'image de son sauvetage devant Riyad Mahrez, à la demi-heure de jeu.

Mais la vérité du premier acte n'a pas été celle du second. Les deux joueurs de l'entrejeu parisien ont vécu un véritable calvaire après la pause. Nerveux et imprécis, Paredes et Gueye ont été complètement dépassés. Une situation qui a coïncidé avec le réveil de Kevin De Bruyne, étincelant et finalement décisif.

Physiquement touché, moralement affecté, l'Argentin a été averti pour un geste d'antijeu, après une faute de Gueye, qui a amené le coup franc transformé par Riyad Mahrez (1-2, 71e). Symbole de la faillite collective parisienne, le Sénégalais a complètement craqué, quelques minutes plus tard. En retard sur Gündogan, le joueur du PSG a logiquement été expulsé à la suite d'un tacle dangereux et non maîtrisé sur l'Allemand. Il est d'ailleurs le premier joueur à recevoir deux cartons rouges lors d'une seule et même campagne de Ligue des champions depuis près de dix ans.

Sans Idrissa Gueye au match retour, Mauricio Pochettino devra donc remobiliser ses troupes et particulièrement Leandro Paredes, pour qu'il reproduise sa partition de la première période et oublie la seconde.

Verratti, l'étoile filante s'est éteinte

Les deux récupérateurs parisiens n'ont pas été les seuls à connaître un match très contrasté. Brillant en première période, Marco Verratti était en train de livrer une prestation dont il a le secret. Autant défensivement qu'offensivement, l'Italien a donné des maux de tête aux Citizens, incapables de réduire son activité ou de lui prendre la balle. L'ancien joueur de Pescara s'est même montré plus précis que jamais, réalisant un impressionnant sans-faute durant les 45 premières minutes (100% de passes réussies). Une omniprésence dans le jeu qui a été décelée par Pep Guardiola, comme il a pu l'expliquer en conférence de presse après la rencontre : "Si vous laissez Verratti et Paredes se mettre en contact avec Neymar, c'est fini. On ne les a pas laissés respirer ensuite."

Car après la pause, le chef d'orchestre du Paris Saint-Germain n'a plus pesé. Privé de ballons, il a été complètement éteint et n'est plus parvenu à trouver Angel Di Maria. Une connexion qui avait pourtant si bien fonctionné avant le retour aux vestiaires... Exaspéré, il est ensuite retombé dans ses vieux travers, pestant à la moindre décision de l'arbitre en défaveur des Parisiens. "On n'arrivait pas à sortir en seconde période, ils ont joué plus haut. Il nous faudra être plus réguliers sur les deux mi-temps au match retour", a analysé Marquinhos après la rencontre au micro de RMC Sport.

Dans moins d'une semaine, Paris aura effectivement besoin d'un "Petit Hibou" au top de bout en bout pour espérer renverser la vapeur et retrouver la finale de la Ligue des champions.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.