Marseille-Sporting Portugal : l'OM signe sa première victoire et se relance en Ligue des champions

Rapidement menés, mardi, les Marseillais ont su réagir pour prendre le meilleur sur le Sporting Portugal (4-1), et s'adjuger leur premier succès en Ligue des champions cette saison.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les Marseillais célèbrent le but de Leonardo Balerdi face au Sporting Portugal, au stade Vélodrome, le 4 octobre 2022. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Les Phocéens ont stoppé la spirale infernale. Après deux défaites de rang, l’OM s’est imposé face au Sporting Portugal pour son troisième match de poule de Ligue des champions (4-1), mardi 4 octobre. Encore portés par Alexis Sanchez, entre autres, les Marseillais décrochent leur premier succès sur la scène européenne cette saison, également leur première victoire en C1 depuis le 1er décembre 2020. 

L’OM relève enfin la tête. Au pied du mur après leurs deux défaites face à Tottenham et Francfort, les Olympiens ont enfin trouvé leur rythme et n’ont pas laissé passer l’occasion d’enfoncer le Sporting Portugal, jusque-là invaincu et solide leader du groupe D. Malgré un stade Vélodrome vide, à huis-clos après les débordements face à Francfort, et l’ouverture du score encaissée dans les premières secondes de jeu, ils ont su réagir et renverser la situation en leur faveur.

Le gardien portugais s'est effondré

Ils ont surtout profité d’un fait de jeu qui a tout changé, la descente aux enfers du gardien du Sporting Portugal. Antonio Adan, le joueur le plus expérimenté du onze portugais au coup d’envoi en Ligue des champions, a d’abord vu son dégagement contré par Alexis Sanchez pour signer l’égalisation marseillaise (13e). Miné par son erreur, il ne s’est pas bien placé et n’a pas pu se jeter sur le deuxième but d’Amine Harit, servi par un très bon centre de Jonathan Clauss, à peine quatre minutes plus tard (17e).

Il a mis fin à son cauchemar par une dernière intervention ubuesque en tentant une sortie incompréhensible et en déviant volontairement le ballon de la main hors de sa surface, un geste sanctionné d’un carton rouge direct (23e). Son remplaçant Franco Israel, qui disputait à 22 ans son premier match sous le maillot lisboète, n’a même pas eu le temps de se régler et a dû céder sur le troisième but marseillais de Balerdi, après une sortie à retardement (28e). A la demi-heure de jeu, l’OM menait de deux longueurs et n’avait plus qu’à gérer son avance.

L'OM a haussé le ton

Un travail que les hommes d’Igor Tudor ont effectué avec application, dans une seconde période forcément moins intense. Mais ils ont continué à attaquer, poussés par un Alexis Sanchez des grands soirs et un Amine Harit très inspiré. Ils ont été récompensés en toute fin de match, avec le quatrième but de Chancel Mbemba (86e). L’addition aurait même pu être encore plus lourde si Sanchez avait eu un peu plus de réussite seul face à Israel (87e).

Le scénario n’était pourtant pas écrit quand le Sporting a ouvert le score au bout de 53 secondes de jeu, après un début de match tendu, marqué par un coup d’envoi retardé et un coup de gueule de Tudor dans les travées du Vélodrome contre la gestion de ce contre-temps. Mais, plombés par les erreurs de leurs gardiens et en infériorité numérique pendant une heure, les Portugais n’ont pas pu offrir une grande opposition. L’entraîneur lisboète Ruben Amorim a bien tenté le tout pour le tout en effectuant ses quatre changements restants au retour des vestiaires, sans effet.

Grâce à ce succès longtemps attendu, les Marseillais engrangent leurs premiers points dans cette campagne européenne. Ils ne comptent plus qu'une longueur de retard sur Francfort et Tottenham, qui n'ont pas réussi à se départager (0-0). Ils reviennent également à trois points de leur adversaire du soir. Ils les retrouveront d'ailleurs dès la semaine prochaine, à Lisbonne, pour leur quatrième match de poule.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.