Luis Fernandez : "Le PSG marque les esprits"

L'ancien coach et joueur de l'équipe parisienne a vécu avec sa passion habituelle le quart de finale retour entre le PSG et le Bayern, mardi soir.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Luis Fernandez ancien joueur et entraineur du Paris Saint-Germain.  (PHILIPPE RENAULT / MAXPPP)

Après avoir éliminé le Bayern Munich en quart de finale de la Ligue des champions mardi 13 avril, le Paris Saint-Germain s'est qualifié pour la troisième fois de son histoire dans le dernier carré de la compétition. Luis Fernandez, ancien coach et joueur emblématique du club parisien, analyse cette nouvelle page écrite par les joueurs du PSG.

• Un collectif dans un état d'esprit remarquable   

"On ne peut pas dire que la qualification a été facile à vivre parce qu’on a encore énormément souffert face à une équipe du Bayern qui a de nouveau réalisé une grosse performance. Mais le PSG, en première période, a eu les situations. Neymar et Mbappé ont réalisé une grosse performance, mais cette fois-ci, ils n’ont pas eu la même chance et la même efficacité qu’au match aller. Je pense qu’on a vu un bon Bayern, avec beaucoup de possession et une bonne domination et un PSG qui a su faire front. L’état d’esprit était remarquable et je pense qu’au niveau de la mentalité sur le terrain, c’était un beau Paris Saint-Germain."

• Une nouvelle dimension qui ne date pas d'hier

"Ça fait dix ans, depuis l’arrivée des Qataris, que tous les moyens ont été mis. Il faudra dire merci au président Nasser car il a toujours fait en sorte que le club puisse rivaliser, avec tous ces grands joueurs qui sont arrivés. Déjà la saison dernière, ils ont fait une finale de Ligue des champions, il ne faut pas l’oublier. À une époque, on avait fait une demi-finale de Ligue des champions [en 1995]. Là, on en est à la troisième, à eux de continuer sur le chemin de la saison dernière. Je pense qu’il reste encore une demi-finale contre Manchester City [ou Dortmund] et il restera certainement une finale contre Liverpool, Chelsea ou le Real Madrid, c’est quand même des grands d’Europe. C'est à eux de faire le nécessaire, d’enchaîner et d’être a la hauteur."    

• Mbappé et Neymar, deux stars exemplaires dans l'attitude

"Quand on fait ces efforts là pour le collectif, que tout le monde participe, quand tout le monde est sur le même tempo, je pense que c’est important de le souligner car tout le monde regarde et saisit ce moment où on voit des garçons comme Neymar ou Mbappé participer aussi à la récupération et au replacement. La Ligue des champions, c’est une motivation, c’est une autre compétition, on a envie de la jouer. On dit toujours que c’est le titre suprême, c’est la compétition que l’on rêve de jouer, que l’on rêve de gagner."

"La saison dernière, on n'est pas passé loin. On va souhaiter que cette année le PSG puisse réaliser ce rêve de gagner la Ligue des champions. C’est vrai que Neymar et Mbappé étaient présents dans l’attitude et dans tout ce que l’on souhaite voir de la part de joueurs comme eux."

• Le PSG marque les esprits mais n'est pas favori pour le titre

"Non, on ne devient pas favori puisqu’il y a un concours de circonstances qui fait que le PSG a éliminé une équipe comme le Bayern, qui est quand même venue gagner au Parc. C’est vrai que tu élimines le Bayern, mais il reste encore un Real Madrid qui sait ce que c’est de gagner la Ligue des champions, un Liverpool qui a déjà eu l’occasion de la gagner et un City qui est un peu comme le Paris Saint-Germain. Depuis des années, on tente, on essaie. Et là ça va être une confrontation qu'il faudra vivre."

"Si tu élimines City, espérons qu’en finale ce ne soit pas le Chelsea de Thomas Tuchel parce qu’on sait très bien que les relations entre Tuchel et le PSG se sont mal terminées et que l’équipe anglaise [elle aussi déjà qualifiée pour les demies] est très compétitive. A priori, je pense qu'on ne peut pas dire que le PSG est favori, on peut dire qu’il marque les esprits et qu’il va certainement jouer une finale, ou du moins on va le souhaiter, et qu’ils aillent la gagner."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.