Cet article date de plus de cinq ans.

Ligue des champions : nouvelle défaite de Lyon, qui s'incline 0-2 contre le Zénith Saint-Petersbourg

L'OL garde tout de même un mince espoir de qualification en huitièmes de finale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le défenseur de l'OL Christophe Jallet (à droite) et le milieu de terrain du Zénith Saint-Pétersbourg Oleg Shatov lors du match de Ligue des champions au stade de Gerland, à Lyon, le 4 novembre 2015. (JEFF PACHOUD / AFP)

Les Lyonnais ont essuyé une nouvelle défaite en Ligue des champions, s'inclinant 0-2 contre le Zénith Saint-Petersbourg, à Lyon, mercredi 4 novembre. L'OL garde tout de même un infime espoir de qualification en huitièmes de finale. Mais le club se classe dernier de son groupe et la tâche s'annonce très rude.  Que retenir de cette rencontre ?

Deux erreurs défensives qui se paient cash

L'OL a encaissé deux buts sur la même action. Contre-attaque de Hulk qui aimante les défenseurs lyonnais, et but de l'attaquant Dzyouba, oublié par les défenseurs. Deux actions à deux attaquants contre six défenseurs, symboles de la naïveté lyonnaise, dont l'équipe découvre la Ligue des champions. L'arrière-garde lyonnais a fait preuve d'une grande fébrilité, à commencer par la recrue à 10 millions d'euros Mapou Yanga M'Biwa, hors du coup pendant toute la partie. "On était prévenus, mais ça n'a pas suffi. Quand tu n'as qu'un point après quatre journées, ça veut dire qu'il manque pas mal de choses. Les résultats ne sont pas bons", réagit à chaud Mathieu Valbuena, le meneur de jeu de l'OL, sur Canal +. 

Lyon a-t-il le niveau ?

Le bilan comptable des Gones est un peu trompeur, tant la partie offerte par le onze lyonnais a été intéressante pendant une heure. Les Lyonnais ont accumulé les occasions, trouvé la barre par Bédimo, mais ont toujours les pires difficultés pour marquer. "Ce n'est pas ce dont on avait rêvé", concède Jean-Michel Aulas, le président lyonnais, qui sur Canal + a discrètement fait remarquer que le pouvoir offensif de son adversaire était soutenu par le chéquier du géant du gaz Gazprom. "Je pense qu'on a le niveau, mais pas la percussion, ni le réalisme pour gagner les matchs."

Reste que Lyon est dernier de son groupe, avec 3 points de retard sur les Belges de La Gantoise, qui ont, eux, su battre le FC Valence. La qualification pour les 8es de la Ligue des champions est encore mathématiquement possible, mais hautement improbable. Et il faudra même batailler pour aller en Ligue Europa et accueillir le premier match européen du nouveau stade de l'OL en février.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.