Cet article date de plus d'un an.

Ligue des champions : malgré ses millions investis lors du mercato hivernal, Chelsea s’incline à Dortmund

Après avoir dépensé 330 millions d’euros lors du marché des transferts de janvier, Chelsea attend toujours que la mayonnaise prenne avec ses nouvelles recrues. Ça n’a une nouvelle fois pas fonctionné, mercredi, sur la pelouse du Borussia Dortmund (0-1), lors du huitième de finale aller.
Article rédigé par Denis Ménétrier, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
Les joueurs de Chelsea Thiago Silva et Enzo Fernandez après le but du Borussia Dortmund lors du huitième de finale aller de la Ligue des champions au Signal Iduna Park, le 15 février 2023. (INA FASSBENDER / AFP)

Les trois plus grosses recrues de Chelsea cet hiver n'auront finalement pas changé grand-chose. Les Blues se sont inclinés, mercredi 15 février, sur la pelouse du Borussia Dortmund (0-1) en huitième de finale aller de la Ligue des champions, tandis que dans l'autre match de la soirée, Bruges a cédé à domicile contre le Benfica (0-2). Joao Félix et Mykhaïlo Mudryk, recrutés à prix d'or en janvier par Chelsea, n'ont pas brillé. Enzo Fernandez, acheté 121 millions d'euros le dernier jour du mercato, a de son côté été pris de vitesse par Karim Adeyemi sur le seul but du match (63e).

Cette prestation décevante de trois des sept nouveaux joueurs arrivés en janvier à Chelsea en dit long des performances actuelles des Blues. Avec cette défaite mercredi, qui ne condamne pas le club londonien à une élimination avant le match retour, Chelsea reste sur une seule victoire sur les neuf derniers matchs. Le club londonien occupe une décevante 10e place en Premier League et cette défaite à Dortmund ajoute à la morosité ambiante qui règne chez les Blues.

Des millions d'euros investis, peu de résultats

Après avoir dépensé 330 millions d'euros lors du marché des transferts de janvier, soit plus que les 78 autres équipes de Liga, Bundesliga, Serie A et Ligue 1 réunies, Graham Potter demande du temps. L'entraîneur de Chelsea, arrivé en septembre pour remplacer un Thomas Tuchel regretté par les supporters des Blues, doit composer avec un effectif pléthorique de 32 joueurs. Une tâche loin d'être aisée que le coach anglais a du mal à gérer pour le moment.

"Il y a plus de pression et d'attentes lorsque vous dépensez beaucoup d'argent, on attend de vous que vous gagniez", a admis Potter en conférence de presse d'avant-match mardi. Mais pour s'imposer, il faut marquer des buts, et Chelsea du mal à le faire en 2023 : les Blues n'ont marqué que quatre fois en neuf matchs et possèdent la troisième plus mauvaise attaque des cinq grands championnats européens en ce début d'année civile. Si les millions assuraient de marquer des buts, Chelsea remporterait la Ligue des champions sans souci cette saison.

En fin de match face au Borussia, les joueurs de Chelsea ont eu beau pousser sur la pelouse du Signal Iduna Park, rien n'y a fait. Et ce n'est pas faute d'avoir tenté, avec 21 tirs tentés lors de ce match animé et plaisant. Mais les frappes contrées par les défenseurs allemands se sont multipliées et Emre Can a sauvé Dortmund en repoussant un ballon sur sa ligne après une frappe de Kalidou Koulibaly (78e). Fernandez a quant à lui trouvé les gants de Gregor Kobel, le gardien du Borussia, en toute fin de match (90e+5).

Potter va devoir apporter des réponses

"On est très excités par notre nouveau groupe de joueurs, mais dans le même temps, on connaît les défis qui nous attendent et tout le travail qui nous attend", a assuré Potter mardi. L'entraîneur anglais n'avait certainement pas anticipé une défaite mercredi à Dortmund, mais son discours traduit un manque de confiance. Car le niveau de son équipe est bien loin des attentes des supporters et des nouveaux propriétaires, qui ont racheté le club en mai dernier à Roman Abramovitch contre cinq milliards d'euros.

Ces derniers, représentés par Todd Boehly, le président de Chelsea présent au Signal Iduna Park mercredi soir, ont nommé Potter en septembre pour préparer l'avenir. L'entraîneur anglais pourrait avoir un peu de temps afin d'imposer sa patte sur cette équipe et construire un projet de long terme avec les jeunes recrues arrivées cet hiver.

Mais dans quelle mesure les propriétaires se montreront-ils patients, après avoir investi plus de 600 millions d'euros sur les deux derniers marchés des transferts ? Potter devra apporter un élément de réponse en Premier League lors des prochains matchs, mais surtout lors du huitième de finale retour à Stamford Bridge contre le Borussia Dortmund, le 7 mars prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.