Ligue des champions : Lille devra se méfier d'Adeyemi, l'enfant prodige du Red Bull Salzbourg

Le jeune attaquant allemand porte son club depuis le début de la saison en championnat, et entend bien faire ses preuves sur la scène européenne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Karim Adeyemi sur le terrain du stade Sanchez Pizjuan lors de la rencontre de Ligue des champions entre Séville et Salzburg, le 14 septembre 2021. (PRESSINPHOTO/SHUTTERSTOCK/SIPA / SHUTTERSTOCK)

Après un début de saison en fanfare, l'avant-centre Karim Adeyemi, pépite de la galaxie Red Bull et talent émergent du football européen, sera une des têtes d'affiche de la rencontre opposant Lille à Salzbourg, mercredi 29 septembre, en Ligue des champions.

En neuf matchs de championnat, le jeune homme de 19 ans compte déjà sept buts à son actif. Et il s'est fait remarquer début septembre, en marquant pour son premier match en sélection face à l'Arménie (6-0), "ce dont il n'aurait même pas osé rêver".

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par FC Red Bull Salzburg (@fcredbullsalzburg)

"C'est l'un des plus rapides, il sait comment marquer, il a de l'instinct et le club compte sur lui pour les prochaines années", déclarait récemment dans la presse autrichienne le directeur sportif de Salzbourg, Christoph Freund. Adeyemi mesure moins de 1,80 m et mise donc plus sur la tactique que sur la force. Il dit "aimer le style de Kylian Mbappé et le jeu de Serge Gnabry ou Pierre-Emerick Aubameyang".

Issu de la pépinière Red Bull

Précoce, l'attaquant a déjà une longue expérience derrière lui. Formé très jeune au Bayern Munich, dans sa ville natale, il a fait ses armes dans le club voisin du SpVgg Unterhaching, avant de signer avec la pépinière salzbourgeoise de Red Bull en 2018, pour trois millions d'euros, une somme rondelette en Autriche.

Un an plus tard, il est sacré meilleur espoir allemand dans la catégorie des moins de 17 ans et contribue à la victoire de son équipe en Coupe d'Autriche. "Je veux la balle, je suis bon dans les situations de duels, c'est très certainement mon point fort", affirmait-il il y a quelques jours au journal autrichien Die Presse.

Son ascension est à l'image de Red Bull, géant autrichien des boissons énergétiques très présent dans le sport, "qui a un système performant de découverte de jeunes talents", explique Magali Tezenas du Montcel, déléguée générale de Sporsora, une organisation parisienne spécialisée dans les stratégies de marketing sportif.

Entouré et cadré psychologiquement

"L'entourage est décisif pour un joueur destiné à faire carrière à haut niveau", note-elle auprès de l'AFP. Et en choisissant de ne pas trop s'éloigner de sa ville d'origine, le Bavarois, devenu titulaire, progresse prudemment mais sûrement.

Alors que circulaient des propositions venues du Royaume-Uni ou d'Espagne, Karim Adeyemi a prolongé jusqu'en 2024 avec les Autrichiens, histoire de rester proche de son père, originaire du Nigeria, et de sa mère, roumaine.

Le club, qui a vendu le buteur norvégien Erling Haaland à Dortmund pour 20 millions d'euros fin 2019, ne semble en tout cas pas pressé de s'en séparer, pensant sans doute pouvoir faire monter les enchères. "Vu le profil de ce joueur, il est possible qu'en attendant un ou deux ans, le transfert monte à 50 millions", pointe pour l'AFP Luc Arrondel, économiste et auteur de "L'Argent du Football".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.